À cause d’un financement jugé insuffisant, le nombre de représentations au Périscope de la pièce «Pour qu’il y ait un début à votre langue» de Steve Gagnon a été réduit à cinq.
À cause d’un financement jugé insuffisant, le nombre de représentations au Périscope de la pièce «Pour qu’il y ait un début à votre langue» de Steve Gagnon a été réduit à cinq.

Périscope: financement «insuffisant», nombre réduit de représentations

À cause de contraintes financières, le nombre de représentations de la nouvelle pièce de Steve Gagnon attendue au Périscope en janvier sera amputé. Initialement programmée du 14 au 21 janvier, «Pour qu’il y ait un début à votre langue sera» jouée du 21 au 25 janvier.

«L’enveloppe du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) étant grandement insuffisante, de plus en plus de spectacles, pourtant programmés en saison chez des diffuseurs, se font sans l’appui du CALQ et la majorité du temps, ce sont les artistes qui en subissent les conséquences, en acceptant un salaire et des conditions de travail inadéquats. N’ayant pas obtenu le soutien financier espéré et voulant protéger les artistes de sa production, le Théâtre Jésus, Shakespeare et Caroline doit réduire le nombre de représentations à Québec», a fait savoir Steve Gagnon, qui signe le texte et la mise en scène du spectacle, par voie de communiqué.

Inspirée de l’univers de l’écrivain Sylvain Trudel, Pour qu’il y ait un début à votre langue a été présentée à Montréal au printemps.