Patrick Huard était bien entouré pour lancer la série de galas du ComediHa! Fest-Québec.

Patrick Huard au ComediHa!: tous égaux dans l’humour

CRITIQUE / Le ComediHa! Fest-Québec avait misé jeudi soir sur Patrick Huard pour lancer sa série de galas, qui ont lieu cette année au Palais Montcalm. Et c’est un Huard dangereusement en forme qui a renoué avec la scène et son métier d’humoriste, accompagné d’invités aussi forts en gueule que lui, chapeautés par le «non-thème» de l’inclusion.

Car l'animateur a prévenu les spectateurs dès le départ: il n’y aurait pas de thème à ce gala… tout en expliquant qu’on allait rire de tout le monde pendant la soirée, car ne pas rire de quelque chose ou quelqu’un, ce n’est pas le «ménager», c’est l’exclure.

Comme lorsque lui et son groupe d’amis d’enfance de toutes origines se taquinaient franchement l’un et l’autre, tout en épargnant le copain Pierre, parce qu’il était bègue. Et Pierre par le fait même, de se sentir exclu. «Tsé on faisait ça pour être fins. Dans ce temps là, quand tu bégayais, tu faisais rire de toi, d’expliquer Huard. Aujourd’hui, tu peux te trouver une bonne job à TVA Sports!» (Pour l’anecdote, mentionnons que… Pierre Karl Péladeau était assis à ma droite. Il a protesté, pour la forme, et a tout de même rigolé.)

Premières invitées de la soirée, le duo des Grandes Crues, composé de Marie-Lyne Joncas et Ève Côte. Elles sont drôles, mais oui, elles sont crues… beaucoup. «On est deux, parce que comme ça, on peut se partager le gaz, la boisson, les tampons, je le porte les quatre premières heures et…» raconte une des filles, qui ont poursuivi… sur la problématique des poils de pubis à l’adolescence. Un segment qui ne fera sûrement pas le gala télé.

Didier Lambert s’est ensuite amené avec un numéro rigolo de stand-up débité à 100 km à l’heure, en riant de ses blagues, à la Peter MacLoed.

Celui que Patrick Huard a présenté comme un gars des régions, le «remplaçant de Fred Pellerin depuis qu’il est devenu Français», Boucar Diouf, a offert un moment fort de la première partie, avec ses anecdotes scientifiques, et son explication de la découverte du spermatozoïde, «les petits poissons des schnolles».

Phil Roy en coup de vent

Par la suite, Phil Roy est passé en coup de vent pour une courte apparition survoltée sur la prochaine légalisation du cannabis, un sujet qui ne devrait pas nous inquiéter, car «si le pot était un superhéros, ce serait Robin». Inoffensif, quoi.

Autre moment fort, l’arrivée de Mike Ward, qui n’a plus besoin de présentation… appelons-le LE grand cru. Qui s’est lancé entre autres sur le terrain miné des prédateurs sexuels. Racontant même qu’une Américaine (que personne n’a jamais cru) avait déjà accusé René Angélil d’agression, sous-entendant… des choses pas claires. Bref, sujet TRÈS miné ici, pour un Mike Ward qui dit n’avoir «plus rien à perdre».

Histoire que Patrick Huard se sente vraiment «inclus», comprendre «qu’il fasse rire de lui», Jean-François Mercier s’est présenté en surprise pour lui servir une sorte de bien-cuit, à sa sauce, évidemment.

En début de seconde partie, Patrick Huard y est allé d’un numéro sur les enfants 2018, surorganisés, surconsultés, qui viennent au monde déjà inscrits à l’école, et dont on a choisi les trois premiers costumes d’Halloween, et qui se font demander par leurs parents «veux-tu qu’on aille faire l’épicerie?»

Sont venus ensuite Mathieu Cyr, qui a notamment confessé ne rien comprendre à la finance… tout en faisant un clin d’œil à l’appropriation culturelle, Mehdi Bousaïdan et ses descriptions hilarantes des sports olympiques, et la découverte de ce gala, le Français Jarry, qui pratique un humour physique, éclaté, sans queue ni tête… mais terriblement drôle.

On a aussi ri avec Alexandre Barrette, le gars qui ne se fait JAMAIS reconnaître, même dans son patelin natal de Charlesbourg, et Simon Gouache, que Patrick Huard a annoncé comme la future vedette de l’humour au Québec.

Et comment aurait-on pu terminer ce gala sans le truculent chauffeur de taxi Rogatien, qui s’est férocement payé du bon temps notamment sur le dos de notre bon maire, de La Meute, et des maudits «artisses», au grand plaisir de la salle? 

Impossible.