Le directeur-général et artistique d’EXMURO, Vincent Roy, en compagnie de Sarah Thibault, une artiste en arts visuels de Québec choisie pour réaliser l’oeuvre commémorative du 250e anniversaire du Service de protection contre l’incendie de la capitale.

Passages insolites: 12 nouvelles créations

Depuis 2014, l’exposition d’art public «Les passages insolites» fait partie intégrante du paysage estival de Québec. La tradition se poursuit cette année, encore plus importante et diversifiée, avec un déploiement d’une quinzaine d’oeuvres, dont 12 inédites.

Qui ne se souvient pas d’avoir découvert ces dernières années, un peu éberlué, une faune surréaliste flottant sur une île, dans le bassin Louise? Ou l’arbre tournant, en face de la Gare du Palais? Ou encore les Delirious Frites, entre deux bâtiments du Vieux-Port? Des œuvres de cet acabit seront à nouveau mises en valeur, du 20 juin au 14 octobre, sur un parcours de 4 kilomètres dans le Petit-Champlain, à Place-Royale, dans le Vieux-Port et, pour la première fois, dans le quartier Saint-Roch.

«Difficile d’imaginer un été à Québec sans la présence des œuvres d’art de Passages insolites», indique Alicia Despins, responsable de la culture, de la technoculture et des grands événements à la Ville de Québec, en conférence de presse, mercredi, accompagnée de Vincent Roy, directeur-général et artistique d’EXMURO, firme conceptrice du projet.

Impossible pour le moment d’en apprendre beaucoup sur la nature des œuvres qui s’éclateront à différents endroits de la ville. Les artistes, une quarantaine au total, travaillent dans le plus grand secret. Tout au plus a-t-on révélé que trois des installations de cette nouvelle mouture seront conçues d’après l’histoire et le patrimoine de Québec, et une autre, commémorative, placée près d’une caserne, soulignera le 250e anniversaire du Service de protection contre l’incendie de la capitale.

Pour la première année, un concours est organisé avec l’École d’art de l’Université Laval, pour l’installation d’une œuvre dans Saint-Roch. Trois organismes communautaires du secteur feront également équipe avec un collectif d’artistes dans un projet de cocréation.

«C’est du gros calibre artistique, d’ici et d’ailleurs», explique Vincent Roy, enthousiaste devant les artistes au programme des Passages insolites, qui se positionne de plus en plus «comme l’un des plus importants événements en art public au Canada».

Rentable

L’aide municipale de 325 000$ à EX MURO s’avèrerait rentable au plan touristique, croit-on à la Ville. Ainsi, l’été dernier, quelque 240 000 «spectateurs uniques», dont 11% de visiteurs étrangers, ont déambulé autour des œuvres d’art. Qui plus est, 78% de ce public provenait d’un milieu «autre que culturel».

Preuve que l’événement a son impact, Vincent Roy rappelle à notre récente mémoire l’installation de l’Ontarien Brandon Vickerd, que les passants ont pu découvrir l’été dernier, rue Saint-Paul. Il s’agissait d’une réplique du premier satellite canadien Alouette, comme tombé du ciel, sur le capot d’une voiture. Installation choc s’il en est une.

«Selon les restaurateurs du secteur, l’oeuvre a provoqué des attroupements jour et nuit. La police est venue trois fois sur place après avoir reçu des appels (de citoyens). Des cochers m’ont même dit que leurs chevaux, qui ressentent les choses anormales, s’arrêtaient à côté de la voiture. C’est le pouvoir de l’art...»

Le satellite et son véhicule seront de retour cet été, soyez en prévenus, mais cette fois dans Saint-Roch.