Panorama: vu, lu, entendu cette semaine

MUSIQUE

Effet miroir, album de chanson de Zaz ***1/2

Mine de rien, ça faisait déjà cinq ans que la populaire Zaz n’avait pas présenté de matériel original, elle qui a été fort occupée depuis la fin 2014 par les reprises de son projet Paris. La voilà donc de retour avec une généreuse collection de 15 titres sur lesquels la pétillante Française ratisse large dans les genres… et se dévoile sous un jour nouveau, plus affirmée dans les thèmes personnels et les sujets plus sombres. Entre la France, Cuba (Qué vendrá), Montréal (elle a enregistré la très belle Mes souvenirs de toi avec Patrick Watson) ou la Laponie (pièce slamée qui vient clore l’album), cette grande voyageuse poursuit le périple en musique. Elle vogue entre les rythmes latins et une énergie presque rock (On s’en remet jamais), entre quelques parenthèses plus dansantes et un bouquet de pièces ramenées à l’essentiel et livrées piano-voix, les plus éloquentes de l’exercice. Et si on a toujours apprécié sa puissance vocale, Zaz joue davantage de douceur et de nuances cet album, qui ne tombe jamais (contrairement aux précédents) dans le piège de la surenchère. Geneviève Bouchard

LIVRE

Faunes, roman de Christiane Vadnais ***1/2

Christiane Vadnais a réussi à faire publier son premier bouquin chez Alto, un exploit en soi. À la lecture de cet hybride entre le roman et le recueil de nouvelles, on comprend aisément pourquoi. Si on peut citer des influences (Gabriel Garcia Marquez pour le réalisme magique, notamment), il n’en demeure pas moins que Faunes témoigne d’une écriture très personnelle : foisonnante, certes, mais sans excès. Au contraire, même. L’auteure de Québec a une imagination débordante qu’elle réussit à illustrer en peu de mots. Ce qui explique que Faunes ne se résume guère en quelques lignes. Écrivons seulement qu’il suit, pas toujours, les tribulations de Laura, une biologiste fascinée par les créatures marines témoin de la révolte de la nature. On pourrait jouer de comparaisons littéraires, mais il me semble que l’univers de Vadnais évoque plutôt les collages cinématographiques de David Lynch. Même sens de l’image, de l’exploration artistique, de l’étrange, des personnages hors normes et des thèmes forts. Ce petit livre brumeux et fiévreux va vous hanter longtemps. Éric Moreault

LIVRE

Radio-Vérité – La radio du vrai monde, roman policier de Jean-Jacques Pelletier ***

Le romancier et essayiste lévisien Jean-Jacques Pelletier a trouvé dans le controversé thème des radio-poubelles l’inspiration pour son dernier roman policier. Après l’enlèvement de l’animateur vedette de la station CFOK (Cé-Fo-Ké), la «radio du vrai monde», l’inspecteur Gonzague Théberge mène l’enquête, en compagnie d’une crack en informatique. Tout cela alors que les fans irréductibles de la station, baptisés les «V», sont déterminés à retrouver leur idole à la langue bien pendue. Toute ressemblance avec la réalité et des personnages du monde radiophonique de la capitale n’est évidemment pas fortuite... En prime, Pelletier livre sa propre analyse du phénomène de la radio-poubelle, un phénomène prémonitoire selon lui à l’émergence des discours virulents sur les médias sociaux. Un roman qui respire bien l’air du temps. Normand Provencher

MUSIQUE

Simulation Theory, album pop-rock de Muse **1/2

Au fil du temps, Muse ne nous a pas habitués à une économie de moyens et ce n’est certainement pas avec Simulation Theory que le trio changera sa réputation. Trois ans après Drones, inspiré par la guerre, les Britanniques plongent tête première dans la science-fiction et les années 80. Décidément, cette décennie a la cote, si l’on se fie au succès de Stranger Things sur Netflix. Le groupe a d’ailleurs demandé au créateur du visuel de la série d’illustrer sa pochette… Déjà que Greta Van Fleet lui a piqué sa police de caractères, disons que Stranger Things commence à avoir donné! Muse assume à fond ses références en musique (des synthés, en veux-tu, en v’là!) comme en images : chaque chanson est accompagnée d’un clip empruntant ici à Tron, là aux Gremlins ou à Thriller de Michael Jackson (dans ces danses de vampires/zombies). Bref, on a un peu l’impression que Matt Bellamy et ses complices surfent sur une vague qui commence à s’essouffler. L’album a ses bons moments — l’entraînante Pressure, notamment, ou l’hymne Get up and Fight et son refrain épique qui devrait faire son effet le 31 mars au Centre Vidéotron —, mais si le côté pompeux de Muse vous énerve, ce n’est pas Simulation Theory qui vous réconciliera avec la formation. Geneviève Bouchard

LIVRE

Dissident, Pierre Vallières (1938-1998). Au-delà de Nègres blancs d’Amérique, biographie de Daniel Samson-Legault  ****

Aujourd’hui, Pierre Vallières est surtout connu pour son livre culte Nègres blancs d’Amérique, qui comparait la condition des ouvriers québécois à celles des Noirs américains, en 1968. Il était alors présenté comme un théoricien du Front de libération du Québec (FLQ). Mais cette impressionnante biographie suggère qu’il était bien plus que cela. Un être singulier, déroutant, dont les «coups de volant idéologiques» ne sont pas toujours compris. On pense notamment à son appel à l’abstention, lors du référendum sur la souveraineté de mai 1980. Mais qui ose suivre Pierre Vallières sur tous les chemins de la liberté, qui mènent de la défense des ex-psychiatrisés à l’affirmation des droits des gais et lesbiennes, en passant par l’indépendance bosniaque? Bien avant sa mort, survenue en 1998, il sera relégué à la marge de la grande Histoire. Peut-être le prix à payer pour rester fidèle à ce qu’il surnommait le «devoir de résistance»? Jean-Simon Gagné

Nos cotes:  ***** Exceptionnel;  ****Excellent;  *** Bon;  ** Passable;  * À éviter