Panorama: lu, vu et entendu cette semaine

MUSIQUE

Colorado, *** 1/2, Rock, Neil Young & Crazy Horse

L’increvable Neil Young nous revient avec un 39e album, et celui-ci vaut vraiment le détour. Colorado se veut un retour avec son groupe Crazy Horse, sept ans après le très indulgent Psychedelic Pill (qui porte bien son nom) et 50 ans après leur première collaboration (le fabuleux Everybody Knows This Is Nowhere). Le Canadien poursuit son militantisme environnemental, sur She Showed Me Love en particulier, mais de façon moins marquée que sur The Monsanto Years (2015). En fait, Colorado marque surtout un retour à un format plus classique de pièces folk rock et à une certaine vulnérabilité (Green is Blue, I Do). De magnifiques mélodies, parfois au piano (!), des harmonies vocales et de la précision dans le jeu conjoint permettent aux chansons de respirer. Bien sûr, on n’y retrouve pas la folle énergie, et la distorsion qui vient avec, des classiques Rust Never Sleeps (1975) ou Ragged Glory (1990). Mais dans une carrière aux projets très inégaux, Colorado démontre que Neil Young n’a pas encore déposé sa guitare. Éric Moreault

LIVRE

Manam, *** 1/2, Roman, Rima Elkouri

Rima Elkouri démontre autant de courage que de sensibilité dans ce premier roman fort réussi. Son alter ego Léa est une institutrice qui cherche à connaître les tenants et aboutissants de la tragédie familiale, au décès de sa grand-mère adorée. À ce drame inimaginable s’entremêleront tant d’autres aux confins de ce que fut l’Arménie avant le génocide de 1915-1916. Devoir de mémoire, Manam égrène au fil des pages un récit aussi captivant que bouleversant. Beaucoup de journalistes prennent la plume, pas toujours avec bonheur. Mais la -ri-gueur historique de ce roman, sans jamais qu’elle paraisse plaquée, donne autant de crédibilité que de perspective aux évènements funestes d’il y a plus de 100 ans, en toile de fond. La chroniqueuse de La Presse a le sens de la concision et de la formule qui atteint la cible. «Lorsque je regarde mes photos d’Alep, j’ai cette impression d’avoir immortalisé une façade fissurée avant qu’elle ne s’écroule. Tous mes souvenirs sont aujourd’hui éparpillés sous des cendres. Dans les ruines, à côté des cadavres, ils ont l’air indécents.» Éric Moreault

THÉÂTRE DOCUMENTAIRE

Christine Beaulieu

Véritable phénomène théâtral des dernières années, la pièce documentaire J’aime Hydro de Christine Beaulieu a relevé tout un défi : séduire les foules aux quatre coins du Québec avec un spectacle d’environ quatre heures sur l’hydro-électricité et le rapport que le Québec entretient avec celle-ci. Fruit d’une enquête qui aura duré deux ans, échafaudé sur de multiples entrevues menées jusqu’au chantier de la Romaine, ce premier texte de la comédienne désormais auteure s’avère un petit bijou de vulgarisation déployé dans un ton personnel et résolument humain. Créée en 2015, la pièce a été publiée une première fois en 2017. Mais comme le spectacle a continué de faire son chemin et qu’un changement de gouvernement est survenu depuis, Beaulieu a bouclé son enquête, notamment avec une entrevue du premier ministre François Legault. Avec une préface de Serge Bouchard et de très belles illustrations de Mathilde Corbeil, cette deuxième édition de J’aime Hydro prouve, à l’instar de sa version scénique, qu’un questionnement sérieux, complexe et nécessaire peut prendre vie de manière digeste et colorée. Geneviève Bouchard