Woody Harrelson et Kevin Costner

Panorama: lu, vu, entendu cette semaine

Cinéma

Justiciers de grand chemin, ***, Drame policier, John Lee Hancock 

Arthur Penn a brisé plusieurs tabous de la représentation du sexe et de la violence à l’écran en tournant Bonnie et Clyde, en 1967. Il était aussi bien de son temps dans sa glorification de la destinée des tristement célèbres bandits et le portrait peu reluisant des policiers à leurs trousses. Justiciers de grand chemin (Highwaymen) de John Lee Hancock reprend toute l’histoire, du point de vue des Texas Rangers. Un choix intéressant, tout aussi moralement discutable. Mais le drame diffusé sur Netflix propose plusieurs réflexions pertinentes sur les déterminismes qui influent sur notre sort — et le rôle de pauvreté dans celui-ci —; le désir de célébrité à tout prix et l’âgisme. Kevin Costner et Woody Harrelson, interprètes de Frank Hamer et Maney Gault, incarnent deux flics vieillissants hantés par leur passé, régulièrement moqués à ce propos. Il était presque impossible de faire oublier le classique de Penn. Mais le long métrage d’Hancock (L’éveil d’un champion) nous propose un autre point de vue sur cette histoire vraie. C’est loin d’être banal. Éric Moreault

Musique

She is Coming, *** 1/2, Pop,Miley Cyrus

D’un projet à l’autre, on ne sait jamais vraiment où Miley Cyrus va rebondir. Après une incursion dans ses racines country — elle y partageait même le micro avec la légendaire Dolly Parton —, la revoilà en territoire résolument plus urbain sur un mini album fort accrocheur, présenté comme le premier d’une trilogie. Au menu, six titres forts en gueule sur lesquels l’ex-enfant star qui assume son côté provocatrice forge une pop efficace. Elle emprunte ici au hip-hop en s’offrant un duo avec Ghostface Killah du Wu-Tang Clan et une collaboration frondeuse avec le drag queen RuPaul (la rutilante Cattitude). Et elle ne boude pas non plus son plaisir quand vient le temps de ralentir la cadence pour terminer ce court voyage musical en mode ballade. Geneviève BouchardMusiqueCountrywide SoulHHH 1/2FolkJim CuddyIl y a 30 ans, la chaîne musicale MTV diffusait son premier spectacle «débranché». Bien que le phénomène ait perdu beaucoup de sa vigueur depuis 10 ans, l’approche dépouillée a fait ses preuves. Certains enregistrements (McCartney, Nirvana, Clapton, Alice in Chains…) demeurent mémorables. Jim Cuddy a utilisé la même approche pour Countrywide Soul. Pas dans un studio de télé, mais dans le confort de sa grange, avec ses musiciens de tournée. Résultat, un son ample et chaud, avec une énergie et une complicité qui s’entend. Le chanteur de Blue Rodeo en profite pour revisiter deux chansons de son groupe, une demi-douzaine de ses deux premiers albums solos et proposer une superbe interprétation de Rhinestone Cowboy de Glen Campbell ainsi que deux nouveaux morceaux. Le résultat se révèle de toute beauté, mettant en évidence la cohésion et la créativité des musiciens, tout en magnifiant la voix claire et assurée de Cuddy. À écouter sur le bord du feu, une soirée d’été. Frissons garantis. Éric Moreault