Panorama: de Chris Cornell à Robert Lepage

MUSIQUE

Chris Cornell, compilation rock de Chris Cornell ****

Quelques semaines après Tom Petty, c’est au tour de Chris Cornell d’avoir droit à un coffret récapitulatif de sa carrière, un an et demi après sa mort liée à ses problèmes de dépression. Les quatre albums couvrent l’ensemble de sa production avec Soundgarden, Temple of the Dog, Audioslave et en solo. Et quelle carrière! Un des meilleurs chanteurs de l’histoire du rock, Cornell a marqué les esprits par ses grandes capacités vocales et ses interprétations nuancées. Ce que met évidemment en lumière cette compilation massive sobrement intitulée Chris Cornell. Du Loud Love à pleins poumons de ses débuts avec Soundgarden à sa version respectueuse d’Ave Maria, le spectre est large. Les aficionados seront heureux de retrouver des versions en spectacles inédites, dont celles de Nothing Compares 2 U et de One, un amalgame des chansons de Metallica et de U2! La preuve que Cornell n’avait pas peur de prendre des risques — sa version dépouillée de Billie Jean est tout simplement magnifique. Un autre qui est parti trop vite. Au moins, il nous reste la musique.

EXPOSITION

Manifesto, installation de Julian Rosefeldt ****

Le Musée d’art contemporain de Montréal accueille jusqu’au 20 janvier une incroyable installation immersive qui met en vedette Cate Blanchett. La grande actrice incarne, sur chacun des 13 écrans de Manifesto, un personnage différent, de l’itinérant à la chorégraphe diva. Ceux-ci déclament un collage de textes puisés à même des manifestes artistiques et politiques publiés depuis 150 ans. Julian Rosefeldt a minutieusement composé autant de courts métrages d’une durée à peu près égale de 10 minutes, impressionnants autant par la maîtrise de la réalisation (avec plusieurs plans séquence) que son sens du détail. L’ensemble est parfois cacophonique, mais il reflète la masse d’informations qui nous bombarde à chaque moment et dont le sens se perd dans le bruit ambiant. Mais il y a un moment absolument saisissant, où tous les personnages incarnés par Blanchett regardent la caméra et parlent simultanément d’une voix robotique. Présenté dans une douzaine de villes depuis 2015, Manifesto exerce une incroyable fascination tant par l’audace de sa proposition que la réflexion qu’elle suscite. À voir absolument. 

LIVRE


Robert Lepage, entretien de Ludovic Fouquet ***

Plus de 20 ans se sont écoulés depuis la publication de Robert Lepage. Quelques zones de liberté par Rémy Charest. Une éternité dans le maelstrom créatif du dramaturge de Québec. Malheureusement, le Robert Lepage de Ludovic Fouquet, réalisé à partir d’un seul entretien avec Lepage en novembre 2017, va laisser sur sa faim quiconque souhaite une costaude plongée dans l’univers «pluridisciplinaire» de Lepage. En fait, cette petite plaquette publiée chez Actes Sud peut s’avérer une bonne introduction à sa carrière. Des débuts avec le théâtre Repère jusqu’à la touchante 887, en passant par les mises en scène des opéras de Wagner au Met. Malheureusement, sa publication survient tout juste après la controverse SLAV/Kanata, abordée à la va-vite dans les Repères chronologiques, en mélangeant les événements en plus. Bref, ce Robert Lepage est déjà obsolète. Le créateur s’y raconte néanmoins avec générosité et il y a certains passages éclairants sur son processus de création et des choix esthétiques qui en découlent.

Nos cotes: ***** Exceptionnel;  **** Excellent;  ***Bon;  ** Passable;  * À éviter