Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Elizabeth Hansen (Mélanie Laurent) se réveille de façon inopinée, en panique, dans un caisson de cryogénisation médical, avec seulement une heure d’oxygène…
Elizabeth Hansen (Mélanie Laurent) se réveille de façon inopinée, en panique, dans un caisson de cryogénisation médical, avec seulement une heure d’oxygène…

Oxygène: prise au piège *** [VIDÉO]

Éric Moreault
Éric Moreault
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
CRITIQUE / Oxygène synthétise à merveille la sensation d’étouffement provoquée par le confinement de la dernière année — et n’est certainement pas à conseiller aux claustrophobes ! Christine LeBlanc a beau avoir écrit son scénario avant la pandémie, sa profonde résonnance accentue sa portée dramatique. Imaginez-vous coincé dans un caisson de cryogénisation médical et avec seulement une heure d’oxygène…

Elizabeth Hansen (Mélanie Laurent) se réveille de façon inopinée, en panique, et s’extrait d’un cocon, dans un environnement inconnu. Contingentée, intubée, elle découvre à tâtons les contours de son sarcophage de verre… Que fait-elle là ?

Difficile de répondre puisqu’elle ne se souvient de rien. M.I.L.O., son assistant numérique médical (qui a la voix de Mathieu Amalric), ne l’aide guère. Mais il lui permet tout de même de passer un appel à la police pour demander qu’on vienne la secourir.

Avec si peu d’informations, la tâche s’annonce ardue. Quelques bribes de souvenirs remontent à la surface, dont celui de son mari (Malik Zidi), apparemment victime d’un terrible virus qui décime l’humanité (tiens, tiens…).

Ce genre de course contre la montre génère évidemment son lot de tension. Mélanie Laurent incarne avec beaucoup d’intensité cette femme qui lutte contre le désespoir entre crise de larmes et instinct de survie. Tellement, en fait, qu’on en oublie presque les trous béants du scénario.

De la même façon, il faut souligner le travail de mise en scène d’Alexandre Aja. Un huis clos (c’est le cas de le dire) qui respecte les unités de temps, lieu et espace demande de l’ingéniosité, surtout quand l’exiguïté du caisson commande une multiplication des gros plans.

Elizabeth ne peut compter que sur M.I.L.O., son assistant numérique médical (qui a la voix de Mathieu Amalric).

Mais le réalisateur français s’est fait la main en enchaînant les films d’horreur (Le visage de la peur, Piranha 3D, Terreur dans la tempête…). Il sait comment inspirer la terreur.

Au risque de se répéter, c’est le principal atout du long métrage : chaque fois que M.I.L.O. annonce une diminution de la réserve d’oxygène, le spectateur stresse pour Elisabeth. D’autant que ses souvenirs commencent à lui faire réaliser qui l’a enfermée dans ce caisson !

Pas transcendant, mais dans le genre, Oxygène offre un bon moment de cinéma.

Oxygène est présenté sur Netflix

Au générique

Cote : ***

Titre : Oxygène

Genre : Suspense

Réalisateur : Alexandre Aja

Acteurs : Mélanie Laurent, Mathieu Amalric, Malik Zidi

Durée : 1h41