Il a fallu plusieurs heures pour ramasser les déchets laissés par les festivaliers à l'entrée du site des plaines d'Abraham, vendredi.

Ordures abandonnées : les festivaliers invités à être plus «conscientisés»

La triste scène où s'accumulaient les débris à l'entrée des Plaines, laissés par les festivaliers qui ont passé la journée à attendre que les portes s'ouvrent pour le très couru spectacle de Metallica, a beaucoup fait réagir les internautes, samedi.
Appelé à commenter la situation, le Festival d'été de Québec affirme évidemment souhaiter que les «gens soient plus conscientisés» à déposer leurs déchets à la poubelle ou dans les bacs de recyclage plutôt que de les laisser au sol, mais comprend aussi que la tâche est parfois complexe alors que des milliers de personnes s'entassent sur les sites. 
«Il y a des poubelles, des bacs et des bénévoles avec des sacs, on ne peut pas les manquer. C'est notre façon d'inciter les gens», a indiqué la porte-parole, Kenza Bélaichouche. «Mais en même temps, quand les gens marchent [pour sortir ou pour entrer] souvent la foule est dense.»
Du jamais-vu
Dans nos pages samedi, le propriétaire de l'entreprise Qualiplus, chargée du nettoyage des sites du festival, a indiqué n'avoir jamais vu autant de déchets devant les plaines d'Abraham. Vendredi, des centaines d'amateurs de Metallica ont fait la file pour entrer sur le site, des dizaines avaient jeté l'ancre au petit matin pour s'assurer de bonnes places. 
Des milliers de bouteilles et des canettes, des centaines de chaises, de glacières et de parapluies ont été laissés sur l'entièreté du terrain entourant la Croix du Sacrifice, entre la Grande Allée et l'entrée du site de la scène Bell. D'innombrables contenants de liquide et des restants de nourriture ont aussi dû être ramassés. 
«Le seul commentaire qu'on a eu ce matin, c'est qu'effectivement, il y avait beaucoup de débris», concède Mme Bélaichouche, qui trace un bilan positif de la soirée. «On prend toutes les mesures possibles pour que les gens respectent ça, mais veut, veut pas, les gens ne font pas toujours attention», poursuit-elle. 
«C'est très facile de juste lancer sa bouteille dans un bac plutôt que de la jeter par terre. On aimerait ça que les gens soient plus conscientisés, mais on n'a pas de contrôle non plus absolu sur le site. Par exemple dans la foule [sur le site de scène], il y a des poubelles sur le côté, mais c'est difficile [de s'y rendre]», nuance la porte-parole. 
Il a été impossible samedi matin de confirmer si l'organisation du festival avait augmenté le nombre de poubelles et bacs de recyclage sur ses sites pour l'édition 2017 ou s'il sera revu à la hausse l'an prochain.