Olivier Bernard dans Les aventures du Pharmachien.

Olivier Bernard: les nouvelles missions du Pharmachien

Pour la deuxième saison des Aventures du pharmachien, Olivier Bernard a décidé de se lancer vers l’inconnu, en abordant des sujets sur lesquels il se posait «de vraies questions». Il sera donc toujours aussi critique, comique, sarcastique, mais un brin plus surpris lors de cette nouvelle séquence de déboulonnage de mythes.

«Généralement, les pharmaciens et les autres scientifiques m’aiment bien, ce n’est pas avec eux que j’ai des problèmes», indique Olivier Bernard. Les compagnies de produits naturelles, les compagnies pharmaceutiques, les naturopathes et les homéopathes ne sont apparemment pas ses plus grands fans.

Ceux qui adoptent des méthodes douteuses pour se soigner (M.Bernard évoque le Vicks sous les pieds…) n’apprécient pas nécessairement de se faire donner l’heure juste. «Je veux heurter certaines croyances, mais parfois c’est nécessaire de brasser la cage pour changer les choses», croit celui qui a reçu un prix de l’Ordre des pharmaciens pour son travail de sensibilisation.

Jadis, naguère, il a fait «un demi-doctorat» en génétique et a travaillé pour des compagnies pharmaceutiques où il a «côtoyé le meilleur et le pire». Lorsqu’il crée le blogue du Pharmachien, il a déjà dix ans d’expérience en pharmacie.

Dessins, BD et vidéos lui permettent de vulgariser et de rendre amusant ce qui touche à la santé. «C’est la première fois, dans mes activités professionnelles, que j’ai vraiment l’impression d’être complètement moi-même», note-t-il. Il aborde le blogue comme une expérience. «J’avais envie de faire quelque chose de drôle, de punché, de sarcastique, d’un peu baveux sur les bords. J’ai étiré l’élastique au maximum, je suis toujours un peu sur la limite de ce qui est correct ou non d’entendre de la part d’un professionnel de la santé».

Une vingtaine de pages d’idées somnolent dans son ordinateur, attendant que l’étincelle, l’angle original attendu, les passe au défibrillateur. Expliquer la vaccination en se basant sur Game of Thrones ou les antibiotiques avec des super-héros nous amène dans un autre univers, bien loin des pamphlets d’information beiges. «Parfois je niaise vraiment longtemps sur des sujets. Ça fait trois ans que je veux faire quelque chose sur le déficit d’attention, mais je n’ai pas encore eu de flashs.»

Qu’à cela ne tienne, avec la série documentaire présentée sur ICI Explora, il pourra aborder le sujet, ainsi que la pilule contraceptive, le cannabis médicinal, les suppléments pour sportifs, les traitements contre le cancer ou encore les produits cosmétiques.

Pierre-Luc Gosselin et Nicholas Savard-L’Herbier des Satiriques réalisent toujours les sketches d’ouverture, qui seront toutefois plus ramassés et «à mon avis et à leur avis, meilleurs», souligne Olivier Bernard.

En explorant des sujets qu’il connaissait moins pour cette deuxième saison, l’émission est un peu devenue sa manière de faire de la formation continue.

La deuxième saison du Pharmachien commençait le vendredi 1er décembre à 19h30 (en rappel samedi 18h30 et lundi 20h30) sur ICI Explora.