Laurie-Ann et son père, Pascal Laflamme, à Tout le monde en parle

Nos moments forts

«Ne remettez rien à demain, vivez!»
À peine 12 jours après la tragédie qui a emporté deux membres de leur famille en Équateur, Pascal Laflamme et sa fille Laurie-Ann ont fait preuve de courage et de générosité en acceptant de confier leur peine à Tout le monde en parle dimanche dernier. À ceux qui avaient du mal à comprendre comment ils y sont arrivés, M. Laflamme a adressé ce vibrant message sur Facebook : «[...] je leur conseille de lâcher le job qu'ils n'aiment pas, de se séparer de ce conjoint qu'ils n'aiment pas, de vendre leur TV, [...] pis de commencer à vivre, à s'entourer de gens qui vous aiment pour vrai, de découvrir le monde, de triper pour vrai sans artifice, de rêver et de poursuivre ses rêves avec l'énergie du désespoir et faisant fi des gens qui vous jalousent et ne pensent qu'à vous mettre des bâtons dans les roues pour vous ramener vers eux, vers le bas... Ne remettez rien à demain, vivez!»  Richard Therrien
Communion reggae
<p>Le reggaeman Tiken Jah Fakoly</p>
Les prestations du reggaeman Tiken Jah Fakoly se suivent et se ressemblent... Et personne n'ira s'en plaindre. L'Ivoirien habitant maintenant au Mali a lancé sa tournée québécoise dans la capitale, mardi, en livrant tout ce qu'on pouvait attendre de lui : une machine musicale bien huilée et des chansons percutantes tant dans leur rythme que dans leur propos engagé (l'Afrique trouve en ce colosse l'un de ses plus ardents défenseurs). Le public s'était rendu au Palais Montcalm bien déterminé à entrer dans son jeu, à se dégourdir jambes, bras et cordes vocales. Et la rencontre a souvent pris des airs de communion. Dans les segments dansants, certes, mais encore davantage quand le chanteur ralentissait la cadence. On se souviendra particulièrement de cette version acoustique de Plus rien ne m'étonne reprise par la foule d'une seule voix. Geneviève Bouchard
Le dilemme d'un père
<p>L'orangeraie au Trident</p>
Le moins qu'on peut dire, c'est que L'orangeraie clôt en beauté la forte saison du Trident. Larry Tremblay a adapté avec beaucoup de justesse son propre roman, sacrifiant un peu dans les tourments intérieurs des protagonistes, mais sans retrancher l'essentiel. À savoir : l'insoutenable dilemme d'un père, qui doit choisir un de ses fils jumeaux pour commettre un attentat suicide. Qui sacrifier? Et comment vont réagir Aziz et Amed? La mise en scène épurée de Claude Poissant se concentre sur l'essentiel : le souffle poétique et le sens du drame de ce récit fort qui plonge dans les mécanismes de la haine, de la manipulation et de l'intégrisme. On en sort ébranlé, d'autant que les acteurs y sont très forts, en particulier Sébastien Tessier (Aziz) et Jean-Moïse Martin (Soulayed). Croisé après la représentation, Tremblay en était tout ému, «même si je connais ça par coeur». C'est dire. Éric Moreault
AC/DC avec Axl Rose : des remboursements par milliers
<p>Axl Rose</p>
Le remplacement du chanteur d'AC/DC Brian Johnson par Axl Rose (Guns N'Roses) n'a pas l'air de plaire à tout le monde. La formation australienne en semble consciente, puisqu'elle a offert aux fans qui le souhaitaient de se faire rembourser pour la douzaine de concerts de la tournée Rock or Bust qu'ils donnent avec leur remplaçant depuis samedi. Selon le quotidien belge De Standaard, pas moins de 7000 personnes ont demandé à être remboursées pour le spectacle du 16 mai au Werchter Festivalpark. Des amateurs pour le concert de samedi, à Lisbon, au Portugal, ont aussi passé leur tour, ce qui n'aurait pas stressé le porte-parole du groupe, qui déclarait, en entrevue à TeamRock plus tôt cette semaine : «Ils seront remis en vente et on s'attend à ce qu'ils s'envolent en une demi-heure.» Nicolas Houle