Nos moments forts

Patrick Carney, critique musical
L'émission Vice News Tonight a demandé au batteur des Black Keys, Patrick Carney, ses impressions sur différents titres écoutés à l'aveugle. On lui a notamment fait entendre le nouvel extrait de Lady Gaga, Perfect Illusion, où Josh Homme (Queens of the Stone Age) joue de la guitare. Pas sûr qu'on devrait inviter Homme et Carney au même party : «Je suis distrait par la guitare là-dessus qui est tellement merdique. C'est comme Eye of the Tiger, mais sans même être proche d'être aussi bon. Ça sonne comme si Hulk Hogan jouait la putain de guitare.» Il a dit par la suite commencer à aimer la pièce... Carney a aussi donné son opinion sur une chanson de One Republic, qu'il était gêné de ne pas détester, et de Norah Jones, qu'il a aimée.  Nicolas Houle
Des mercis avant le gala
Alors que l'ADISQ remettra ses prix dans quelques jours (une première vague sera décernée jeudi et le reste le 30 octobre), les mercis ont été à l'honneur ces derniers temps. D'abord dans les traditionnelles capsules de l'humoriste - et animateur de gala - Louis-José Houde, dans lesquelles il s'amuse avec les remerciements imprimés dans les pochettes d'album. Trois capsules sont en ligne au www.palmaresadisq.ca (mention spéciale à la chanson inspirée du nom des enfants d'Élage Diouf!), une quatrième suivra le 27 octobre. Ensuite dans ce texte publié sur le site de Voir par l'animatrice Monique Giroux, qui a enjoint de grinçante manière aux artistes en nomination de soigner leur discours en cas de victoire. Écorchée au passage, l'auteure-compositrice-interprète Klô Pelgag - qui avait notamment remercié l'hypnotiseur Messmer dans une allocution décalée en 2014 - s'est servie de sa page Facebook pour répliquer d'éloquente manière.  Geneviève Bouchard
La vache: meeuuuuh oui!
On s'entend, La vache est une comédie populaire qui ne vise qu'à faire rire. Et le film français de Mohamed Hamidi réussit à merveille. Ce qui est déjà un exploit en soi - le comique intelligent est un art qui se perd, et pas juste au cinéma... Sous son air bon enfant et sans en avoir l'air, La vache propose quand même quelques réflexions intéressantes sur l'immigration, la tolérance et l'ouverture aux autres. Reste que c'est d'abord le récit farfelu et l'interprétation de Fatsah Bouyahmed qui m'ont charmé. Ce dernier interprète un paysan naïf au coeur tendre qui part d'Algérie pour conduire sa vache brune au Salon de l'agriculture. Débarqué à Marseille, il entreprend de marcher jusqu'à Paris. Le périple est parsemé de péripéties hilarantes. Ce n'est pas très réaliste, mais ça fait beaucoup de bien. Et ça redonne un peu foi en l'humanité.  Éric Moreault
Sujet délicat dans District 31
Luc Dionne n'est pas le premier auteur ni le dernier à traiter de prostitution juvénile dans une de ses séries. Dans District 31, il prend le sujet sous l'angle de l'implication de personnalités connues, dont la police décide de taire les noms afin de préserver leurs réputations et de ne pas nuire à l'enquête. D'abord préoccupée par le sort des victimes, la lieutenante Nadine Meilleur (Magalie Lépine-Blondeau) est franchement dégoûtée par le comportement de ces clients vedettes soi-disant respectables. Parmi ceux-ci, un célèbre humoriste, l'arrogant Steven Butler (Luis Bertrand), ne mesure pas la gravité de son geste. Une histoire traitée avec tact et intelligence par Luc Dionne, qui n'est pas sans rappeler les rumeurs colportées dans certaines radios de Québec durant l'opération Scorpion en 2002. Mention à la jeune actrice Marie-Ève Beauregard, bouleversante et d'une grande vérité dans le rôle d'Audrey Sanscartier, une des mineures impliquées.  Richard Therrien