L'auteur-compositeur-interprète Vincent Dupont dit écouter autant du metal que du Katy Perry…

Vincent Dupont: mettre un visage sur des chansons

Vincent Dupont a 24 ans, il est auteur-compositeur-interprète et il n’a pas tardé à s’attirer les faveurs des radios commerciales. Il s’apprête à dévoiler «D’un bout à l’autre», un minialbum de sept chansons. Et musicalement, il a faim!

Nous rencontrons Vincent Dupont à L’Anti, où il offrira un spectacle de lancement mercredi. Il est à quelques jours de la fin de son baccalauréat en communication; il a un examen le soir même; il n’a pas encore eu (ou pris!) le temps d’étudier. Pas grave. Le jeune homme avoue candidement que ce diplôme universitaire, qu’il est déterminé à obtenir, est un peu un plan B. Et qu’il a déjà la tête ailleurs.  

Dupont a poussé en écoutant du rock (il cite Oasis et Nirvana parmi les groupes qu’il aimait quand il était ado), mais il donne maintenant dans la pop «radiophonique teintée de rock alternatif», selon sa propre description. Les refrains sont accrocheurs, la formule cadre dans le format prisé par les ondes commerciales. C’est assumé. 

«J’ai appris à écrire d’une certaine façon oui, pour passer à la radio, mais aussi pour améliorer mes structures de chansons. Personnellement, j’adore les chansons qui restent dans la tête. J’aime la pop. C’est certain que quand je commence une chanson et que je vois un potentiel, je vais essayer de la pousser là», estime le musicien, qui dit écouter autant du metal que du Katy Perry… Et qui ne renie pas une parenté musicale avec Marc Dupré. 

«Ça sonne comme ça et c’est ben correct, reconnaît-il. J’aime ça aussi, j’en écoute et je sais que j’écris un peu de cette manière-là.»

Du concret

Vincent Dupont n’a pas tardé à laisser une marque: le premier simple qu’il a lancé, Album photo, a justement été adopté par les ondes commerciales, où il a fait bonne figure sur les palmarès. «Je capotais. Là, je me disais: “bon, c’est parti!” Mais ça ne marche tellement pas de même!» rigole le natif de Sainte-Justine dans les Etchemins. 

Étudiant à l’Université Laval, Vincent Dupont a eu d’autres occasions d’entendre de ses chansons à la radio (Je serai là et Partir). Mais c’est plutôt en chantant les succès des autres dans les bars et les restos qu’il a gagné sa vie dans les dernières années. De là le minialbum, qui servira de carte de visite.

«C’est pour ça qu’il faut que je sorte quelque chose de concret, confirme-t-il. Pour mettre ma face sur mes chansons. Je suis content, parce qu’au départ, jamais je n’aurais cru m’entendre à la radio. Oui, dans un sens, j’ai atteint ce côté-là d’une carrière. Mais tout le reste est à faire! Le monde sait zéro je suis qui. C’est le combat en ce moment que je vais mener. Ou l’essayer, au moins!»

Vous voulez y aller?

Qui: Vincent Dupont

Quand: 2 mai à 17h

Où: L’Anti

Accès: gratuit

Info: www.facebook.com/Antibarspectacles