Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L'Igloofest à Montréal en 2019
L'Igloofest à Montréal en 2019

Vers deux nouveaux événements musicaux à Québec?

Geneviève Bouchard
Geneviève Bouchard
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
La ville de Québec pourrait-elle ajouter deux nouveaux événements à son calendrier culturel une fois la pandémie passée? Québecor tâte ces jours-ci le terrain auprès du public en vue d’une éventuelle implantation dans la capitale du Piknic Electronik et de l’Igloofest, deux rendez-vous bien connus des Montréalais.

Les abonnés de l’infolettre du Centre Vidéotron ont reçu lundi un sondage visant à mesurer leur intérêt à l’idée de participer — et de débourser pour le faire — à ces deux rassemblements, un estival et l’autre hivernal, quand les mesures sanitaires le permettront.

Fondé dans la métropole en 2003, le Piknic Électronik fait la part belle à la musique électro pendant les fins de semaine de l'été et s’est depuis exporté à Barcelone, Melbourne et Dubai, notamment.

Misant également sur une programmation musicale urbaine, l’Igloofest bat actuellement son plein en mode virtuel, à défaut de pouvoir faire danser les foules en plein air sur le quai Jacques-Cartier. Le festival doit souligner son 15e anniversaire l’an prochain.

Les deux événements sont organisés par la firme Multicolore, partenaire de Québecor.

«Nous sommes à solliciter notre base de données clients pour sonder l’intérêt vis-à-vis de ces deux événements. Il s’agit là d’une étape préliminaire à nos discussions avec notre partenaire Multicolore pour envisager une offre diversifiée et complémentaire à notre offre actuelle sur le marché de Québec», a fait savoir par courriel Gabriel Marchesseault, Directeur des communications par intérim  de Québecor Sports et divertissement.

Le sondage interroge également les répondants sur certains lieux qui pourraient potentiellement accueillir à Québec le Piknic Electronik et l'Igloofest. La Baie de Beauport y est mentionnée, tout comme les plaines d’Abraham, le parc de l’Esplanade, le Vieux-Port, le campus de l’Université Laval et la place Jean-Béliveau, voisine du Centre Vidéotron.

La capitale pouvait déjà compter depuis deux ans sur un festival hivernal de musique urbaine, Toboggan, organisé pendant les fêtes de fin d’année par 3E, une filiale du Festival d’été de Québec (FEQ). 

Contactée lundi, la directrice des communications de l’entreprise, Samantha McKinley, ne voyait pas d’un mauvais œil la perche tendue aux amateurs de musique par Québecor.

«Nous, tout ce qui est signe d’une relance événementielle, on trouve ça super encourageant», a-t-elle commenté. 

Le FEQ et 3E s’apprêtent également à sonder leur public pour prendre le pouls «des intérêts et des appréciations des gens, pour explorer d’autres avenues potentielles», a-t-elle ajouté.

«Québec, ça reste un marché de mélomanes qui est suffisamment grand et qui est capable d’accueillir plusieurs événements musicaux, observe Mme McKinley. Pour nous, ça ne crée pas de vagues. On se dit toujours qu’au final, c’est la ville et les fans qui sont gagnants là-dedans.»