Le groupe The Lost Fingers jouait à la Baie de Beauport mercredi soir.
Le groupe The Lost Fingers jouait à la Baie de Beauport mercredi soir.

The Lost Fingers au Musiparc: la fête des klaxons

«C’est rare que je suis contente de me faire klaxonner de même!» a lancé mercredi la chanteuse des Lost Fingers, Rosalie Roberge, résumant en une phrase l’expérience un brin étrange, mais néanmoins festive du Musiparc, concept de spectacles en mode ciné-parc qui s’est installé cet été à la Baie de Beauport.

Qui aurait cru il y a six mois assister à des concerts en direct de leur voiture? Et que le traditionnel appel «faites du bruit» prendrait une toute nouvelle signification au son des klaxons? Au moins, ça permet aux spectateurs de ménager leurs cordes vocales...

En cette fête du Canada — ou ce festival du déménagement, c’est selon —, une trentaine de véhicules étaient stationnés devant la scène érigée à la Baie de Beauport pour entendre le pétillant bouquet de relectures jazzées des Lost Fingers. 

Les spectateurs étaient arrivés préparés, comme à la belle époque où il y avait encore des ciné-parcs dans la capitale : sacs bien remplis de collations ou de friandises, couvertures (superflues en cette soirée collante), le petit dernier déjà en pyjama, qui pourra s’endormir sur la banquette arrière pendant que ses parents profitent du spectacle. 

Des têtes qui sortent des toits ouvrants et des fenêtres, des fans assis sur le capot ou même sur le toit du véhicule, à chacun de décider comment vivre l’expérience. Ceux qui souhaitaient assister à la prestation au grand air avaient apporté leur chaise de parterre. Ils en ont toutefois perdu en qualité sonore en s’éloignant des haut-parleurs de leur voiture. La sonorisation en mode ciné-parc passe vraiment par là. C’est ainsi l’occasion de jouer à l’ingénieur de son : plus ou moins de volume ou de basse? À vous de jouer. 

The Lost Fingers

Voter en clignotant

On se doute que de jouer devant des pare-brise n’est pas l’idéal pour les artistes, surtout quand le site n’est pas très rempli. C’est un compromis dicté par la crise sanitaire, on s’entend. The Lost Fingers n’a pas tardé à entrer dans le vif du sujet, mais il a fallu quelques chansons, mercredi, avant que le quatuor et le public ne trouvent leur erre d’aller et statuent sur l’étiquette à suivre dans les concerts en pandémie. On klaxonne ou pas? Parce que crier ou siffler à travers la fenêtre de l’auto, ça fait son temps. Surtout qu’en cette époque de distanciation, difficile d’atteindre la clameur d’une foule en liesse. 

Après avoir reçu la bénédiction de la chanteuse Rosalie Roberge, ce sont plutôt les «criards» des autos qui se sont fait entendre bruyamment tout au long du spectacle. 

Le quatuor complété par Byron Mikaloff, Alex Morissette et François Rioux a survolé le festif répertoire de relectures des Lost Fingers : entre Michael Jackson et Stromae, Deee-Lite et Plastic Bertrand, Soft Cell et Technotronic. 

Le nouveau projet VS dévoilé ce printemps, qui oppose un succès pop ou dance des années 90 à une grosse pointure du rock ou du grunge, aura donné l’occasion aux Lost Fingers de solliciter une autre composante automobile. Oubliez la bonne vieille méthode du vote «par applaudissements». En temps de pandémie, le groupe a demandé aux spectateurs de voter pour leurs chansons préférées en utilisant leurs clignotants. Tandis que quatre pièces ont déjà été dévoilées, le quatuor a profité de l’occasion pour en partager deux inédites : Missing d’Everything But the Girl et Outshined de Soundgarden. Chouette idée. En passant, la première a remporté la victoire…

La formation The Lost Fingers se produit de nouveau au Musiparc de la Baie de Beauport ce 2 juillet. France d’Amour, Guylaine Tanguay, Marc Hervieux, Dominic et Martin, Laurence Jalbert et Geneviève Jodoin, Kaïn, Kevin Parent, Roxane Bruneau, Matt Lang, Les Denis Drolet, Réal Béland et Bruno Pelletier sont attendus sur la même scène d’ici au 19 juillet. 

Il en coûte entre 74,50 $ et 84,75 $ par voiture ou camion pour assister au spectacle.

La scène vue de haut au début du spectacle.