Electro/Rock/Metal/Funk, The Evol’, de Shaka Ponk

Shaka Ponk: évolution rock ***

CRITIQUE / La parution du sixième album de Shaka Ponk s’est doublée d’une polémique autour de la pochette. The Evol’ met de l’avant la mascotte du groupe qui embrasse une femme, façon, ont pris la peine d’expliquer les Français, d’illustrer deux étapes de la théorie de Darwin et d’envoyer un message d’amour et de réconciliation.

On l’aura compris, Shaka Ponk a conservé autant son énergie que son côté engagé, qui se traduit bien sûr dans les textes, notamment dans Wrong Side, traitant de radicalisation. The Evol’ comporte quelques titres plus nuancés dont le beatlesques Mysterious Ways, mais carbure sinon au mélange des genres avec efficacité dès Gung Ho, en ouverture.

Le rock y est peut-être plus prédominant que par le passé, mais sinon l’électro, le metal, le funk et le hip-hop cohabitent bien dans ce cocktail vitaminé. C’est très rempli, parfois trop, avec des excès de maniérisme dans le chant par ailleurs assuré de Frah et de Samaha Sam.

Un album un peu plus resserré sur le plan de la durée ou de la quantité de pistes proposées aurait permis une force de frappe encore supérieure.