Soul–R’n’B. The Thrill Of It All, de Sam Smith

Sam Smith: homosexualité, religion et rupture ***1/2

CRITIQUE / «Saint-Père, nous devons parler/J’ai un secret que je ne peux garder/Je ne suis pas le garçon que vous croyiez vouloir.» Au cœur de The Thrill Of It All, son deuxième album, Sam Smith ne craint pas de traiter de son homosexualité et de chanter haut et fort que c’est «lui» qu’il aime.

Plus loin, dans Pray, épaulé d’un chœur gospel, l’Anglais aborde la religion du point de vue de l’athée. Mais du reste, cet album, qui fait suite au populaire In the Lonely Hour, prend surtout place sous le signe de la rupture. Privilégiant les ballades, Smith fait montre de sa voix riche et souple sans trop en abuser, bien qu’il y ait des excès de maniérisme. Il défend des titres soul et r’n’b, généralement bien tournés, sans prétendre renouveler le genre. La réalisation est cependant peu inspirée: on a tout misé sur la voix de l’artiste, très à l’avant-plan, et on semble avoir hésité entre une approche vintage et une facture moderne, sans trancher d’un côté ou de l’autre, ce qui donne parfois des emballages convenus. Néanmoins, Smith a du matériel suffisamment fort pour contenter ses fans et en gagner d’autres.