ROCK, How Did We Get So Dark?, Royal Blood

Royal Blood: solide, mais encore en quête d'identité ***

CRITIQUE / Royal Blood avait frappé fort avec son premier album, en 2014. Le rock abrasif, mais accrocheur du duo anglais lui avait permis de s'imposer sur la scène internationale, ouvrant notamment pour les Foo Fighters - y compris à Québec, pour le fameux concert interrompu des plaines d'Abraham.
Sur How Did We Get So Dark?, Mike Kerr (chant, basse, claviers) et Ben Thatcher (batterie) ont voulu continuer d'avancer sans renier leur passé. Les gars ont affiné leur proposition, qui avait un côté volontairement garage: Kerr chante mieux que jamais, les choeurs sont parfois livrés par des voix de fausset et on trouve des détours musicaux intéressants, comme sur Where Are You Now?.
Ça fonctionne généralement bien, or là où le premier album pouvait évoquer les Black Keys ou les White Stripes, cette nouvelle offrande tend à être très près de ce que fait Queens of the Stone Age (Don't Tell, Hook, Line & Sinker). Il y a du bon matériel ici, mais visiblement, Royal Blood cherche encore une signature qui sera entièrement la sienne.