POP, Dysphorie, Roxane Bruneau

Roxane Bruneau, un talent à polir **1/2

CRITIQUE / Pas grand-monde dans l'industrie musicale n'a vu venir Roxane Bruneau, débarquée comme une petite tornade avec un premier album il y a quelques semaines, ne tardant pas à s'inscrire au sommet du palmarès des ventes.
Fort active sur le Web - elle rejoint plus de 82 000 abonnés sur Facebook et près de 11 000 fidèles sur YouTube -, l'auteure-compositrice-interprète a tracé sa voie artistique d'une manière bien de son temps, une vidéo à la fois.
Sur Dysphorie, elle propose des chansons fortes en gueule (voire un peu crues...), qui parlent d'amour ou du désamour, de santé mentale, de violence conjugale ou du fait de trouver un exutoire dans l'écriture et la création.
Ce qui est sûr, c'est que Bruneau ne manque pas de fougue. Mais cette énergie n'est pas toujours bien canalisée. Sa voix explosive peut se faire criarde. Et si sa plume, sans filtre, est capable d'images évocatrices et d'une indéniable sensibilité, elle n'évite pas certaines maladresses.
Le talent est là, le potentiel aussi. Resterait à les polir un peu.