Rock, Is This The Life We Really Want?, de Roger Waters

Roger Waters: le présent conjugué au passé **1/2

CRITIQUE / Occupé par son opéra Ça Ira, puis à se réapproprier le répertoire de Pink Floyd, Roger Waters a laissé filer 25 ans depuis son chef-d'oeuvre Amused to Death.
Il y donne enfin suite en faisant équipe avec Nigel Godrich (Radiohead). L'association semblait prometteuse et de fait, quand elle fonctionne, comme sur la ballade Broken Bones ou sur la pièce-titre, où Waters s'interroge sur les dérives de la démocratie, ça donne d'excellents moments. Mais trop souvent, Is This The Life We Really Want? sonne comme un collage de vieux Pink Floyd - effets sonores surabondants compris - sur lequel Waters traite de ses démons habituels. On cherche les mélodies fortes ou les envolées musicales riches et la récolte est mince.
On ne peut pas dire non plus que Godrich, qui prétendait amener Waters ailleurs, soit arrivé avec des idées révolutionnaires, hormis des claviers et des boîtes à rythmes aux sonorités discutables... Waters, qui n'a toutefois rien perdu de son mordant dans ses observations sociales et politiques, nous a habitués à mieux...