Panorama: vu, lu, entendu cette semaine

CINÉMA

Esprit de cantine, documentaire de Nicolas Paquet  ***

Les fameuses «cabanes à patates» font partie du paysage rural québécois depuis des décennies. Or, en raison des longues heures de travail nécessaires à leur opération et des changements dans les habitudes alimentaires de la clientèle, ces cantines tendent à disparaître. Le cinéaste Nicolas Paquet (La règle d’or) a tourné sa caméra vers deux de ces établissements, à Saint-Alexandre-de-Kamouraska et à Tadoussac. Il en résulte un documentaire intimiste de belle facture, qui lève le voile sur le quotidien de leurs propriétaires, entièrement dévoués à leur commerce saisonnier. Un film à ne pas voir le ventre vide… Normand Provencher


MUSIQUE

M. Chandler, album folk-rock de M. Chandler ***

Sous ce nouveau nom de groupe (et ce personnage aux allures de Humpty Dumpty des temps modernes) se cachent des artistes bien établis au Québec: l’auteur-compositeur-interprète Ian Kelly et les musiciens Rick Haworth, Sylvain Clavette et Mario Légaré. Le premier a lancé cinq albums en solo, les trois autres forment le Magneto Trio et ont accompagné sur les planches des chanteurs comme Michel Rivard, Pierre Flynn, Luc De Larochellière, Paul Piché, Daniel Bélanger ou Isabelle Boulay. Ils ont d’abord collaboré de manière un peu fortuite (Kelly en rêvait, semble-t-il, depuis ses 20 ans, alors qu’il travaillait au Spectrum de Montréal) lors d’une séance d’improvisation musicale. Visiblement, la chimie a opéré, puisqu’ils ont composé ensemble les 10 titres entièrement en français de M. Chandler, un album sans prétention qui fait la part belle à un folk-rock enveloppant, souvent planant, et à une poésie ancrée dans le quotidien. L’aventure de M. Chandler ne se résumera pas au studio puisqu’une tournée se dessine pour l’automne prochain.  Geneviève Bouchard


LIVRE

La femme de Valence, roman d'Annie Perreault *****

Ce premier roman d’Annie Perreault commence comme un coup de poing en plein ventre: comment réagir quand une inconnue nous laisse son sac à main pour aller se lancer du haut du toit de l’hôtel où l’on paresse tranquillement? La question tourmente le lecteur, mais hante profondément Claire Halde, dans un recoin secret de son existence où elle retirera une partie d’elle-même après avoir vécu le traumatisme. Des dizaines d’années plus tard, sa fille retournera suivre ses pas pour éclaircir certains aspects, et surtout, courir un marathon cathartique dans les rues de Valence. Dans sa description du moment fatidique comme dans celle de ce marathon, développé kilomètre par kilomètre, Annie Perreault excelle avec une grande force à dilater le temps, à l’étirer, le remplir de mille et un détails. Par le biais de nombreuses énumérations, d’abord, qu’on sent venir comme des poussées d’anxiété qui forcent à dénombrer mécaniquement, pour se rattacher au réel. Mais aussi avec un vocabulaire riche, précis, évocateur, habilement manié en échappant au fleuri ou à l’excès. Un roman où l’immobilisme s’entrechoque avec la fuite en avant, et où l’on sent aussi que la fiction a réellement fait son travail de transformation d’un fait vécu par l’auteure. À la fois troublant et beau.  Isabelle Houde


MUSIQUE

American Utopia, album pop-rock alternatif de David Byrne ***1/2

Les multiples projets et collaborations de David Byrne nous ont presque fait perdre de vue que le talentueux multi-instrumentiste n’a pas enregistré d’album solo depuis plus de 10 ans. Et même plus, si on considère qu’Everything That Happens… (2008) porte également la marque de Brian Eno. C’est encore le cas d’ailleurs avec ce 11e essai puisque les deux artistes ont coproduit et écrit American Utopia. Le chanteur a conservé son timbre caractéristique et leur union est aussi fructueuse qu’à l’époque des Talking Heads. En moins weird, mais Gasoline and Dirty Sheets et Everyday is a Miracle n’auraient pas déparé les efforts du groupe, mélange de rythmes africains, de funk et d’expérimentation. Byrne a voulu produire une œuvre «optimiste» pour nos temps sombres, mais il pose évidemment plus de questions qu’il n’apporte de réponses, comme il le constate d’ailleurs sur It’s Not Dark Up Here. American Utopia demeure un album enlevant et éclaté qui diffuse, malgré tout, un sentiment de mélancolie. Byrne n’a pas perdu la main. Ni de sa pertinence. Éric Moreault


MUSIQUE

Forever Young, album de reprises de Nana Mouskouri ***1/2

À 83 ans, Nana Mouskouri, la chanteuse aux 300 disques d’or, persiste et signe avec un nouvel album fait de reprises de succès des Elvis, Cohen, Dylan, Belafonte et Bryan Adams, mais aussi d’artistes plus jeunes comme la regrettée Amy Winehouse (Love is Losing Game). L’artiste polyglotte (en spectacle au Grand Théâtre le 18 mai) décline aussi quelques airs en allemand (Lili Marlene et Durch die schweren zeiten), en hawaïen (Lei Pikake) et en arabe (Salma ya Salama). Autre preuve irréfutable de la passion de cette grande dame pour la musique, «un territoire sacré, sans frontières, où les langues et les styles n’ont jamais été des barrières». Normand Provencher


Nos cotes: *****Exceptionnel   ****Excellent   ***Bon   **Passable  * À éviter