CLASSIQUE, Khatchatourian, Prokofiev, Tchaïkovski, Moussorgski, Orford Six Pianos

Orford Six Pianos: éblouissante unité  ***1/2

CRITIQUE / Orford Six Pianos, un ensemble québécois qui réunit six pianistes jouant chacun sur leur instrument respectif, étonne par sa précision et sa finesse.
Dans leur éblouissant ballet à 60 doigts, Sandra Murray, Claire Ouellet, Mariane Patenaude, Francis Perron, Pamela Reimer et Louis Dominique Roy réussissent à fondre leur jeu, à l'unifier comme s'ils s'exprimaient d'une seule et même voix.
Et c'est avec un intérêt sans cesse renouvelé qu'on écoute ce programme entièrement consacré à la musique symphonique russe, un style qui sied parfaitement à la nature percussive et assez musclée de l'approche.
Les suites d'Aram Khatchatourian Gayaneh et Mascarade dégagent une énergie vivifiante - dans la Danse du sabre, notamment, on savoure la netteté des contretemps fougueux. La Symphonie classique de Prokofiev conserve un mouvement naturel et effervescent qui séduit instantanément.
Cela dit, La nuit sur le mont chauve de Moussorgski manque peut-être de couleur et de profondeur, et l'ouverture Roméo et Juliette de Tchaïkovski, de sensualité.