Indie Pop, The Ride, de Nelly Furtado

Nelly Furtado: la renaissance ***

Les dernières années n'ont pas été faciles pour Nelly Furtado. Après l'échec commercial de l'album et de la tournée The Spirit Indestructible, la Canadienne a décidé de s'éclipser et, jusqu'à un certain point, de remettre les compteurs à zéro.
Faisant équipe avec le réalisateur John Congleton (St. Vincent, Anna Calvi), Furtado revient à une pop indépendante qui, sans perdre sa touche mélodique, se veut plus audacieuse dans sa facture et ses sonorités.
D'entrée de jeu avec Cold Hard Truth, à la rythmique funky, on constate que Furtado se plaît à exploiter un tout autre territoire, tandis que sur Flatline, elle n'hésite pas à se faire introspective et à se confier sur ses années difficiles. C'est sans doute quand elle prend des risques que Furtado marque le plus de points sur The Ride, avec des pièces comme Right Road ou Paris Sun, ce qui ne l'empêche pas de servir une ballade réussie avec Pipe Dreams ou une pop efficace avec Palaces.
Ce serait mentir de dire que ça fonctionne partout, or Furtado démontre certainement qu'elle n'a pas tout dit et signe ce qui ressemble à un album de transition.