Hubert Lenoir chantera sous le grand chapiteau, jeudi.

Musique du bout du monde à Gaspé: Shantel et Hubert Lenoir lanceront les festivités

GASPÉ – Le festival Musique du bout du monde (FMBM) démarre jeudi à Gaspé avec une programmation d’une quarantaine de spectacles recoupant plusieurs cultures et des styles éclectiques. C’est d’ailleurs cette variété qui fait la force du FMBM depuis 2004, précise son directeur général Stéphane Brochu.

Shantel, le DJ et musicien allemand, de même qu’Hubert Lenoir se succéderont sous le grand chapiteau jeudi. Galaxie et Half Moon Run suivront, pour un vendredi au rock bien appuyé, alors que Lakou Mizik, d’Haïti, et Alain Pérez y la Orchesta, une formation cubaine comptant 13 membres, compléteront la programmation sous la grande tente samedi.

«Nous avons atteint un équilibre entre les têtes d’affiche et les découvertes. Nous sommes arrivés à une maturité qui tient la route», précise Stéphane Brochu à propos de l’événement qu’il dirige depuis 2013.

La chanteuse Elisapie et le groupe Dead Obies occupent aussi une place déterminante dans la programmation. Le FMBM a confié à Elisapie le spectacle du lever du soleil dimanche, au Parc Forillon, un spectacle déjà vendu en totalité. Dead Obies présentera le dernier grand spectacle extérieur dimanche en début de soirée, sur la rue de la Reine. 

Certains événements plafonnent après dix ans. À Musique du bout du monde, le budget croît encore. Il a dépassé 1 million $ pour la troisième fois de suite cette année. La proportion de revenus autonomes se situe à plus de 60 %, et tend vers 70 %.

Année de continuité

«C’est une année de continuité, 2019, une continuité d’affirmer une programmation différente. Elisapie présente un show sur mesure pour le lever du soleil. Half Moon Run et Alain Pérez ne font pas six festivals cet été», poursuit Stéphane Brochu.

La continuité mènera à des projets que la direction aimerait bien concrétiser au cours des prochaines années. «On aimerait avoir des artistes en résidence. On aimerait aussi offrir aux Gaspésiens des endroits où ils peuvent se produire quand on tente d’avoir une artiste du Cap-Vert, par exemple. On aimerait s’affilier avec des artistes locaux», explique M. Brochu.

À cet ancrage gaspésien visant à nourrir l’avenir s’ajoute un pré-festival Musique du bout du monde pour le Grand Gaspé, une préparation qui fait partie de la recette gagnante.

«Pendant neuf jours, on organise un spectacle de musique irlandaise à Douglastown, au Holy Name Hall, une épluchette de crevettes à Rivière-au-Renard, notre capitale des pêches, et un pique-nique à L’Anse-à-Valleau, par exemple. C’est grand, Gaspé, 156 kilomètres de littoral, et c’est une façon de permettre aux gens de s’approprier le FMBM», souligne Stéphane Brochu.

Le FMBM attire de 13 000 à 15 000 personnes par année, dont 6000 touristes. Cette clientèle rend 50 000 visites aux événements du festival, pour des retombées de 3 millions $.

Les autres spectacles musicaux, dont celui de DJ Fehmiu, sont offerts sur la rue et dans les bars. Ils sont agrémentés d’autres types d’animation et d’ateliers pour les enfants et les adultes. Une bonne centaine d’activités ponctuent les quatre jours du FMBM.