Le chanteur britannique Robbie Williams lors du spectacle d'ouverture du Mondial 2018, au Stade Loujniki, à Moscou, jeudi.

Mondial 2018: Robbie Williams fait un doigt d'honneur pendant le spectacle d'ouverture

MOSCOU — Un geste polémique devant 80 000 personnes et des millions de téléspectateurs: le chanteur britannique Robbie Williams a adressé un doigt d'honneur à une caméra pendant son concert lors de la cérémonie d'ouverture du Mondial 2018 au Stade Loujniki de Moscou, déclenchant un buzz sur les réseaux sociaux.

Il était LA star de cette courte cérémonie d'ouverture: l'ancien membre de Take That a enflammé le stade moscovite devant Vladimir Poutine et le gotha du foot mondial, juste avant un Russie-Arabie saoudite qui avait l'honneur de lancer la Coupe du monde.

Chemise noire déboutonnée, veste et pantalon rouges flashy, coiffure au millimètre et danseuses endiablées: tout était réuni pour mettre l'ambiance... lorsque le chanteur de 44 ans a surpris son monde en adressant un doigt d'honneur vers une caméra, en gros plan et avec la grimace assortie, juste après avoir prononcé "I did this for free" (Je l'ai fait gratuitement), changeant les paroles de son tube «Rock DJ».

L'image, immortalisée par de nombreux internautes, a fait le tour des réseaux sociaux, suscitant souvent le rire, parfois l'indignation dans un contexte politique tendu entre le Royaume-Uni et la Russie, particulièrement depuis l'affaire de l'empoisonnement de l'ex-espion russe Sergeï Skripal.

Robbie Williams, qui s'était réjoui de la réalisation d'un «rêve d'enfant» après avoir annoncé qu'il se produirait à Moscou, avait été critiqué au Royaume-Uni après ce choix.

Robbie Williams après sa prestation en ouverture du Mondial 2018

Un député travailliste s'occupant du dossier Skripal, Stephen Doughty, s'était par exemple dit «surpris et déçu» que l'artiste «ait accepté d'être payé par la Russie et la FIFA».

La Première ministre britannique Theresa May avait quant à elle annoncé en mars qu'aucun ministre ou membre de la famille royale britannique ne se rendrait au Mondial après l'empoisonnement, en Angleterre, de Skripal et de sa fille, dont Londres attribue la responsabilité à Moscou.