Folk-rock, Mon Doux Saigneur, de Mon Doux Saigneur

Mon Doux Saigneur: dualités ***1/2

CRITIQUE / Sous ce nom aussi coloré qu'en dualité se cache un projet qui l'est tout autant, celui d'Emerik St-Cyr Labbé. Pas facile à définir, le jeune homme, qui présente ici un premier album complet après s'être notamment fait remarquer aux Francouvertes, où il s'est rendu en finale l'an dernier.
Montérégien d'origine et Montréalais d'adoption, le musicien propose une collection ancrée dans un folk urbain aux couleurs lo-fi, mais qui n'hésite pas à se draper de rock plus affirmé.
Forgeant une poésie brute parfois cryptique, l'auteur-compositeur-interprète met de l'avant autant de rugosité que de qualités enveloppantes (voire envoûtantes, comme dans la pièce Le courant, qui ouvre l'album), de la sensibilité, mais aussi du mordant. Et il ne craint pas de donner de l'air à ses chansons en leur faisant prendre des détours.
On apprécie particulièrement les pièces en apparence minimalistes qui se gonflent en cours de route: la très réussie Chu tanné d'attendre en est certainement le meilleur exemple.