Armé d’une bonne dose de pop, d’une sélection de reprises aimées du public, d’éclairages flamboyants et d’invités connus du public, Marc Dupré n’a pas failli à sa tâche de faire danser son parterre.

Marc Dupré: un hôte hors pair

CRITIQUE / Hôte pour la troisième fois du party des Fêtes du Capitole, Marc Dupré a certainement développé une expertise en la matière. Et s’il avait remisé son habit de maître de cérémonie ces dernières années, on peut affirmer qu’il n’a pas perdu la main, si l’on se fie à la festive soirée qu’il a pilotée mardi.

Armé d’une bonne dose de pop, d’une sélections de reprises aimées du public, d’éclairages flamboyants et accompagné d’artistes que ses fans ont appris à connaître au concours télévisé La voix — où il retrouve ces jours-ci son fauteuil de coach —, Marc Dupré n’a pas failli à sa tâche de faire danser son parterre.

Sur près d’une trentaine de titres au programme, la moitié ont été pigés dans le répertoire de l’hôte de la soirée. Entre Du bonheur dans les étoiles choisie pour lancer la fête dans une explosion de confettis et la chorale de Nous sommes les mêmes gardée pour le dessert, Marc Dupré et ses invités (Ludovick Bourgeois, Rick Pagano, Rafaëlle Roy, Jordan Lévesque et Mélissa Ouimet) ont fait tous les temps pour que le public du Capitole passe un bon moment. Les bracelets lumineux remis aux spectateurs n’ont pas manqué d’occasions de se faire aller, mardi. 

Côté chansons de saison, Jordan Lévesque s’est joint à Dupré pour revisiter 23 décembre de Beau Dommage, tandis que Rafaëlle Roy et Mélissa Ouimet, tout de paillettes vêtues, ont fait des Mariah Carey d’elles-mêmes le temps du désormais classique All I Want for Christmas is You. Rick Pagano a finalement pris l’avant-scène pour Baby Please Come Home. 

Au chapitre des pièces de type «party de bureau», nous avons été servis dans un segment où La compagnie créole a côtoyé Elvis Presley, les Backstreet Boys, Whitney Houston ou AC/DC. Encore là, la recette est connue, mais l’effet festif garanti.

Humour

Marc Dupré a à quelques reprises remis son chapeau d’humoriste pendant ses présentations. Parfois pour jouer d’autodérision : «Je m’habille comme un gars de 22 ans, mais j’en ai 46 pareil», a-t-il lancé, à bout de souffle, après avoir joué au percussionniste en conclusion de Là dans ma tête. Parfois pour se moquer gentiment de ses complices (ou ex-collègues) de La voix Garou ou Alex Nevsky. De quoi ouvrir la porte à un segment fait sur mesure pour les fans de l’émission, lors duquel les ex-candidats ont mordu dans une brochette de reprises : de l’intense Faufile livrée par Rafaëlle Roy aux plus pesantes Life Is a Highway ou I Love Rock’n’Roll servies en gang. Ludovick Bourgeois a par ailleurs eu l’occasion de rendre hommage à son père Patrick en interprétant Tu ne sauras jamais.

Soucieux de maintenir le contact avec son public, Marc Dupré s’est prouvé un animateur dévoué, s’offrant un bain de foule au parterre pendant Si pour te plaire et avançant la même politesse au balcon le temps de rester fort.

En début de soirée, Ludovick Bourgeois n’avait eu aucun mal à mettre dans sa poche un public déjà bien réchauffé. Après un échantillon de ses pièces à lui — dont le succès Desert Song et deux nouveautés qui seront gravées sur son deuxième album, attendu en février — et un premier clin d’œil à son illustre paternel (Snob des BB), le jeune homme a été salué par une ovation. 

Marc Dupré et ses invités se sont installés au Capitole pour une résidence de spectacles qui sera présentée jusqu’au 3 janvier. Une représentation spéciale sera offerte dès 22h le 31 décembre à ceux qui souhaitent défoncer l’année au Capitole.