En 2017, Liana a lancé le mini-album Prime Time, carte de visite pavant la voie à Forward, paru vendredi, sur lequel elle continue d’exploiter un créneau où se mêlent pop, soul et RnB.

Liana : À son propre rythme

Quand on écrit des chansons, l’inspiration peut, semble-t-il, frapper à tout instant. Liana n’avait pas une plume en main quand la pièce «Forward», qui allait donner le ton à son premier album complet, lui est apparue. Plutôt une brosse à dents...

L’auteure-compositrice-interprète raconte l’anecdote en rigolant. Elle dans la salle de bains, Dominique Plante, son complice de création, qui grattait des accords de guitare dans la pièce d’à côté. Et la magie a opéré. «Je me brossais les dents et je me suis rendu compte que j’étais en train d’écrire quelque chose. Ç’a été comme attraper une idée par la queue et tirer dessus. C’est vraiment le feeling que j’ai eu. J’ai pris mon iPhone, j’ai écrit la chanson dans mes notes. C’est vraiment sorti d’un jet. J’étais déjà dans le processus de travailler l’album, mais il y a eu ce moment-là, vraiment spécial, qui a donné naissance à cette toune-là. Elle s’est écrite en 15 minutes», relate-t-elle.

«Je pense qu’on peut vivre notre vie comme un écrivain, ajoute-t-elle. Il y a de l’inspiration partout et j’essaie d’être assez présente pour la voir et être capable de la noter et la saisir.»

Si la pièce-titre de son album est née en un éclair, elle n’est certainement pas à l’image du parcours de la chanteuse, qui aime plutôt prendre son temps et ne rien brusquer. «Un premier album, ça se planifie bien et j’avais envie de bien le livrer, explique-t-elle. Ça s’est concrétisé quand le timing était bon.» Après un passage remarqué au concours télévisé La voix en 2015, elle aurait pu battre le fer pendant qu’il était chaud et revenir rapidement à la charge. Après tout, nombreux sont ceux qui l’ont fait.

«Ça m’a été proposé, avance-t-elle. Et pour être bien honnête, à la minute que je suis sortie de là, j’ai commencé à travailler sur des projets. Mais j’avais l’impression que je forçais les choses. J’ai fait des trucs en français qui ne sont même jamais sortis. Je ne me sentais pas tout à fait sur mon X. J’ai préféré prendre le temps de dire : “wô les moteurs, ce n’est pas une question de vie ou de mort”. J’ai voulu prendre le temps de me trouver comme songwriter. Là, je suis dans des chansons que j’assume à 100 %.»

En 2017, Liana a lancé le mini-album Prime Time, carte de visite pavant la voie à Forward, paru vendredi, sur lequel elle continue d’exploiter un créneau où se mêlent pop, soul et RnB.

«L’expérience à La voix a été vraiment positive, note la chanteuse. Pour moi, ç’a été un tremplin, un défi. Pour moi, c’était comme les olympiques de la voix, même si ce n’est pas mondial. Ça m’a fait grandir en ce qui concerne la gestion du stress, la préparation. De faire une grosse scène comme ça, c’est tripant. Moi, de la scène, j’en mange. J’ai pris ça pour ce que ça m’a apporté. Et ça m’a amenée à me poser les bonnes questions. Ça m’a amenée à faire ce EP et cet album-là. Ça m’a donné cette poussée de dire : “vas-y, écris tes tounes et fais-toi confiance”.»

Superposition vocale
Ceux qui ont connu Liana au petit écran gardent le souvenir d’une voix puissante et explosive. Pour Forward, l’auteure-compositrice-interprète a privilégié un travail de superposition où sa voix se dédouble dans une dentelle d’harmonies.

«C’est moi 8000 fois! image-t-elle. J’ai tellement aimé ça faire ça. C’est inspiré de plein de musiques que j’ai connues. Je trouvais que c’était très libre. C’était une manière d’introduire le son de la voix humaine, mais sous différentes facettes. Pour moi, ça représente un peu les couleurs que chaque personne a dans sa personnalité. Je voyais chaque ligne de voix comme une facette de cette histoire-là.»

L’histoire en question en est une de résilience, qui traverse cet album où sonorités organiques — bonifiées notamment par les cordes du quatuor Mommies on the Run — et programmations font bon ménage.

«Ça parle de faire la paix avec certaines choses qu’on a vécues, indique Liana. Pas nécessairement pour pardonner tout. Mais pour accepter afin de se donner la chance d’avancer. Parce qu’on se doit cette chance-là. Des fois, on peut s’arrêter sur des moments difficiles qu’on a vécus. Mais je pense que quand on accepte que ce soit arrivé, on se libère des chaînes qui nous retiennent et on est capable d’avancer vers autre chose de manière libre. C’est un peu une ligne directrice dans mon travail.»

Liana présentera les pièces de son album Forward lors de lancements le 9 octobre au Turbo Haüs de Montréal et le 10 octobre au Maelstrøm de Québec. Le duo Hey Major sera aussi de la partie.