Jazz, Turn Up The Quiet, de Diana Krall

Le grand retour de Diana Krall ****

CRITIQUE / Diana Krall a beau avoir ses racines dans le jazz, elle est régulièrement allée voir au-delà des limites du genre. N'empêche, c'est dans l'univers du la note bleue que la chanteuse est à son meilleur.
Avec Turn Up The Quiet, elle revient aux sources, s'entourant de collaborateurs de longue date comme le guitariste Russell Malone ou le contrebassiste Christian McBride.
Si, pour certains titres, un violon ou un ensemble de cordes s'ajoutent, Krall privilégie le dépouillement et la spontanéité, ce qui lui réussit bien, d'autant qu'Al Schmitt fait une nouvelle fois des miracles à la prise de son, captant les moindres nuances du chant et du jeu.
Visiblement, la Canadienne a pris son pied dans cette aventure, réalisée par le défunt Tommy LiPuma. Elle plonge dans des envolées langoureuses sur Sway ou Night and Day, comme elle s'amuse à servir un solo de piano bien senti sur la dynamique Blue Skies ou à chanter sans retenue sur le swing I'll See You In My Dreams.
Un album qui plaira autant aux amateurs de ses propositions davantage pop qu'aux afficionados du jazz.