Les mélomanes ont pu fouiller à leur guise en quête de trésors à la Foire du disque.

Le disque vinyle toujours bien vivant

Le samedi, Robert Girard fait habituellement son tour hebdomadaire des sept magasins de disques de Québec pour dénicher des trouvailles dans le rayon des vinyles. Mais ce samedi, c’était la Foire du disque, au Centre récréatif Saint-Roch, où des dizaines d’exposants mettaient en vente près de 50 000 albums.

À sa quatrième visite en six présentations de l’événement, l’homme n’avait que quatre disques dans son sac, lorsque rencontré par Le Soleil. Il y fait généralement une dizaine d’achats, mais la chasse ne faisait que commencer.

M. Girard a commencé à collectionner les vinyles en 2000, alors qu’il cherchait un disque compact du groupe de métal britannique Venom. Après des recherches, il a finalement dû se tourner vers son exemplaire en vinyle.

Des emplois dans des écocentres lui ont permis de garnir sa collection, puisque de nombreuses personnes se présentaient sur place pour se débarrasser de leurs microsillons, notamment des Beattles. Robert Girard, lui, les conservait.

Aujourd’hui, il en possède environ 2500 de tous les styles et de toutes les époques dans sa bibliothèque qui a toutes les allures d’une étagère de magasin.

«C’est ma vie», expose-t-il. «Je ne pourrais pas me départir de ça. Il y en a qui disent : “Ça vaut cher, tu pourrais vendre”, mais je ne serais pas capable. Ça en est une maladie.»

Même si la quantité d’albums qu’il détient est impressionnante, quelques long-jeux lui échappent encore, comme le disque éponyme de Budgie qu’il recherche depuis 18 ans.

«Je pourrais l’acheter sur Internet, mais je me garde le feeling de le trouver. C’est le fun d’acheter sur Internet, mais t’as pas le même feeling. C’est comme une chasse», dit-il. Il ne paierait tout de même pas des centaines de dollars pour mettre la main dessus, parce que «ce n’est pas pour le mettre sur un mur. Moi je le prends vraiment, je l’écoute, j’en profite.»

À la Foire du disque, des albums sont vendus entre 25 sous et plus de 200 dollars. Ce qui fait la valeur d’un disque, c’est son année de pressage et son origine, qui préférablement est la même que la provenance du groupe, énonce Jean-Philippe Lavoie-Lemieux, un vendeur qui se spécialise dans les vinyles neufs limités.

«Quand un groupe sort un nouvel album, j’essaie d’être à l’affut des courriels que je reçois et j’achète les vinyles qui sont limités à environ 500, 1000 ou 2000 copies.»

Une expérience

Les amateurs se rejoignent sur un point : celui de l’expérience qu’est d’écouter un disque vinyle.

«Il n’y a rien qui bat le trip de mettre le vinyle sur la table, écouter un bord, le retourner, l’ouvrir, les photos, le dedans. Il y a des photos qu’on ne voit pas. […] Le vinyle pour moi ce qui est le plus important, c’est l’objet, le rituel, le son aussi», explique M. Girard.

De son côté, François Gariépy, le porte-parole de la foire, précise que c’est la rondeur, la chaleur du son qui fait souvent la différence sur des audiofils. «Au bout de la chaîne, après avoir mis un amplificateur, des caisses de son et tout, c’est souvent une table tournante qui va être la source, parce que c’est la source la plus pure, c’est celle qu’on apprécie le plus.

«J’aime bien le CD — en auto c’est pratique — ou un téléphone, mais c’est sûr qu’on reconnaît à certains pressings la qualité d’être le meilleur enregistrement possible.»

***

HAUSSE DANS LES VENTES DE VINYLES

La première moitié de 2018 a été profitable pour l’industrie du disque vinyle. Des chiffres de la firme Nielsen montrent une hausse de 66% des ventes par rapport à toute l’année 2017, au Canada.

Le même constat peut être observé aux États-Unis, alors que les ventes pour les six premiers mois de 2018 ont augmenté de 19,2% par rapport à la même période l’année précédente où 6,4 millions de microsillons avaient été vendus.

En date du mois de juin, les cinq albums vinyles les plus courus étaient Boarding House Reach de Jack White, DAMN de Kendrick Lamar, la trame sonore du film Les gardiens de la galaxie, Thriller de Michael Jackson et Rumours de Fleetwood Mac.