La reine Adele

On savait que, d'une manière ou d'une autre, la 59e soirée des prix Grammy risquait d'être celle d'Adele et de Beyoncé. Mais on n'avait pas suspecté que ce serait autant pour leurs performances que pour les statuettes qu'elles ont ou non gagnées que les deux artistes retiendraient l'attention...
À peine avait-elle entamé Fastlove, durant l'hommage réservé à George Michael, qu'Adele interrompait son interprétation en sacrant. Puis, s'excusant de devoir tout arrêter et de s'être échappée, elle a recommencé la chanson du début. Elle semblait penaude, la Britannique, mais elle s'est fort bien reprise, avec une livraison sensible. Le public, loin de lui en tenir rigueur, lui a réservé un vibrant accueil. Adele n'avait pas moins le coeur gros - son visage en disait long... 
C'est aussi à Adele qu'incombait la tâche d'ouvrir le gala. Elle l'a fait avec son hit Hello, d'abord en douceur, pour finir en force.
Beyoncé, pour sa part, a fait son apparition en montrant bien haut son ventre de femme enceinte de jumeaux. Arborant un look égyptien, elle était entourée d'une imposante troupe de danseurs pour chanter deux titres de Lemonade. Peut-être pas la portion la plus dynamique de la soirée, mais certainement l'une des plus spectaculaires, d'autant que la production était impressionnante.
Mais laquelle des deux allait ravir le plus grand nombre de récompenses? Avant même que le gala ne débute, Adele avait déjà en poche le Grammy de la Meilleure performance pop solo et du Meilleur album pop vocal. Elle a ajouté celui de la Chanson de l'année, présenté par nulle autre que Céline Dion, qui se remémorait lorsqu'elle avait gagné ce prix, avec René Angélil à ses côtés... Adele a ajouté les deux plus prisés à la toute fin d'une longue soirée : Enregistrement de l'année et Album de l'année. Très émue, elle s'est adressée directement à «Queen B» pour dire à quel point elle l'adorait et l'admirait. Elle a même tiré les larmes à Beyoncé en disant à quel point son album était puissant.
Beyoncé, elle, a vu Lemonade être sacré Meilleur album pop urbain et sa chanson Formation avoir droit au Meilleur vidéo musical.
Un nouvel animateur
Après plusieurs années avec LL Cool J à l'animation, on avait donné la mission au Britannique James Corden de prendre la relève. On a immédiatement senti le changement. Il a lancé la soirée de manière délirante, avec une entrée volontairement ratée, déboulant les escaliers et se retrouvant avec une seule chaussure pour rapper son discours d'introduction. Bien que dans cette grande fête de la musique, les animateurs prennent une place relative, les interventions de Corden ont à peu près toutes été remarquées, qu'il se pointe en sous-vêtements, qu'il surprenne ses parents en train de flirter avec des vedettes ou qu'il improvise un Carpool Karaoke dans la salle, à bord d'une voiture de carton! Plusieurs y ont participé pour chanter Sweet Caroline, dont Neil Diamond, John Legend et Jennifer Lopez.
Des performances variées et variables
L'un des traits distinctifs de la soirée de remise des Grammy, c'est combien on laisse parler la musique. Malgré les promesses de plusieurs numéros, on n'a pas eu beaucoup de moments magiques. Le plus fort? Assurément l'hommage à Prince, auquel a participé Bruno Mars. Fringué comme le défunt, il est carrément entré dans le personnage pour entonner une Let's Go Crazy redoutable, qui a soulevé le Staples Center de Los Angeles.
On attendait beaucoup de la rencontre entre Lady Gaga et Metallica. Leur Moth Into Flame était certainement énergique, mais un gros pépin technique est venu la ternir : le micro d'Hetfield ne fonctionnait pas - le chanteur était furieux... Ed Sheeran, lui, est venu en solo, faisant appel à différentes boucles sonores pour Shape of You, sur laquelle il se fait moins romantique... The Weeknd est apparu auprès de Daft Punk, pour une interprétation qui s'est limitée à I Feel It Coming, où le duo français était quelque peu sous-utilisé. Katy Perry, elle, toute de blanc vêtue, a proposé son nouveau simple, Chained To The Rhythm, avec dynamisme, dans un décor d'abord épuré, mettant un certain temps à être rejointe par ses danseurs. Parmi les belles rencontres, retenons celle du chanteur country Sturgill Simpson avec les Dap-Kings. Et parmi les grands oublis : Leonard Cohen, qui aurait mérité un hommage...
Discours politiques
On s'attendait à ce que la soirée soit teintée de discours à teneur politique, en réaction au climat qui a cours aux États-Unis, sous la présidence de Donald Trump. Ça n'a pas été long : Jennifer Lopez, la première présentatrice, a indiqué : «En ce moment particulier de l'histoire, nos voix sont nécessaires plus que jamais.» Elle a ensuite cité Toni Morrison : «C'est le moment précis où les artistes vont au travail, il n'y a pas de temps pour le désespoir, pas de place pour l'apitoiement, pas de temps pour le silence, pas d'espace pour la peur»...
Beyoncé, quelque peu essoufflée en allant chercher l'une de ses statuettes a aussi mis sa touche, parlant de son album Lemonade, mais ses propos pouvaient aussi être pris au sens large : «Je sens qu'il est vital qu'on apprenne du passé et qu'on reconnaisse notre tendance à répéter nos propres erreurs.»
La formation A Tribe Called Quest ne s'est pas gênée non plus pour y mettre du sien durant sa performance, dénonçant le «Muslim Ban» et terminant en lançant «Resist, Resist, Resist».
Cinq en cinq pour David Bowie
De son vivant, David Bowie a mis la main sur assez peu de prix Grammy, récoltant néanmoins la statuette qui soulignait l'ensemble de sa carrière, en 2006. Dimanche, l'Académie a visiblement voulu souligner une nouvelle fois son travail. Son excellent album-testament, Blackstar, a gagné dans les cinq catégories où il était en nomination, dont le Meilleur album alternatif, la Meilleure chanson rock et la Meilleure performance rock, avec l'impressionnante et audacieuse pièce-titre.
Autres victoires
Sinon, parmi les autres victoires notables, soulignons que Chance The Rapper est reparti avec le Grammy de l'album Rap, en plus d'être Révélation de l'année. Quant à Twenty One Pilots, le duo a reçu le Grammy de la Meilleure performance pop d'un groupe et s'est pointé sur scène en sous-vêtements pour obtenir son prix...