Francine Desjardins joue de l’accordéon depuis qu’elle a 10 ans.

La reine de l’accordéon aux Rendez-vous ès Trad

Surnommée «la reine de l’accordéon», Francine Desjardins a appris à jouer de cet instrument à l’oreille, à l’âge de 10 ans, dans la cuisine familiale de L’Islet, sous les conseils de son père et de son frère. Soixante ans plus tard, elle continue d’assouvir une passion qui ne l’a jamais quittée.

«Je n’ai jamais pris de cours. Faut croire que c’est un don», lance Mme Desjardins, qui fera la démonstration de son art jeudi, à Québec, à l’occasion des 28es Rendez-vous ès Trad, qui rassemblent des artistes rompus à la musique traditionnelle.

Pendant cinq jours, c’est une quarantaine de musiciens d’ici et d’ailleurs qui offriront des spectacles sur quelques scènes de la capitale. Une occasion de découvrir des sonorités folkloriques habituellement rattachées au temps des Fêtes et à la Saint-Jean-Baptiste.

Mme Desjardins, qui offrira une prestation jeudi, à 18h, à la Maison Chevalier, en sera à sa première participation à l’événement, elle qui a déjà participé au Carrefour mondial de l’accordéon de Montmagny, son coin de pays, et donné quelques spectacles en France. 

À l’époque où elle a appris les rudiments de l’accordéon, Francine Desjardins, 73 ans, était l’une des rares femmes, sinon la seule, à jouer de cet instrument dans son patelin. «Dans le temps, on apprenait en écoutant à la radio l’émission Les Montagnards laurentiens, à CHRC, le samedi. Il fallait avoir une bonne oreille parce que la pièce ne passait pas la semaine suivante», se souvient la mère de deux enfants, auteure de plusieurs albums et CD.

Pendant longtemps, la septuagénaire a animé les événements sociaux de la région de L’Islet au son du Reel de la guenille, de La valse des beaux jours ou encore de La gigue à Joe. Mariages, soirées de danse, «enterrements de vie de garçon», ses samedis soirs étaient très occupés. La musicienne a aussi donné des spectacles dans les clubs de l’âge d’or, mais, faute de bénévoles en nombre suffisant, cette activité a graduellement été abandonnée.

Malgré son âge, elle avoue passer rarement une journée sans jouer de l’accordéon. «J’en ai trois. Il y en a toujours un de proche. Je pratique tous les jours.»

En 2012, une chirurgie à cœur ouvert l’a toutefois mise sur le carreau pendant un an et demi. Elle a trouvé le temps passablement long. «J’ai recommencé tranquillement. Avec le pacemaker à travers de ça...»

Vous voulez y aller?

• Quoi: Les 28es Rendez-vous ès Trad de Québec

• Quand: du 4 au 8 octobre

• Où: Maison Chevalier, Palais Montcalm, bar L’Anti, Auberge internationale de Québec et au parc linéaire de la rivière Saint-Charles

• Billets: billets vendus à l’unité, en ligne ou à la porte. Différentes formules de passeports aussi offerts

• Info: www.estrad.qc.ca

À VOIR AUX RENDEZ-VOUS ÈS TRAD

Les chauffeurs à pieds  

Les icônes de la musique trad à Québec fêtent leur 20e anniversaire et sont loin «d’avoir la plotte à terre». Les quatre chanteurs et multi-instrumentistes Benoît Fortier, Antoine Gauthier, Olivier Soucy et Louis-Simon Lemieux en profitent pour proposer les meilleurs morceaux de leurs huit albums, en compagnie du percussionniste Steve Hamel.  5 octobre, Bar L’Anti, 20h 

La Déferlance  

Originaires de Québec, quatre jeunes passionnés de musique traditionnelle — Marie-Desneiges Hamel, Daniel Fréchette, Mathieu Baillargeon et Maxence Croteau — proposent un répertoire animé d’«un souci du détail, une grande complicité et, surtout, un plaisir contagieux».  6 octobre, Maison Chevalier, 17h

Yves Lambert Trio  

Entre tradition et modernité, l’ex-leader de la Bottine Souriante, Yves Lambert, et ses complices Olivier Rondeau et Tommy Gauthier, puisent dans leur dernier album (Tentation) pour swinger la compagnie, sur une musique qui affirme «une identité québécoise passionnée, ouverte et créative». 6 octobre, Palais Montcalm, 20h

TokaTaNoka  

Le duo formé de Maider Martineau, multi-instrumentiste et chanteuse du Pays basque, et d’Olivier Bussières, percussionniste de Québec spécialisé dans les instruments du Moyen-Orient, propose une incursion dans un univers où l’accordéon côtoie le pandero, l’alboka et le frame drum6 octobre, Palais Montcalm, 20h