À travers le projet «Utopies instrumentales», des musiciens ont été invités à explorer les possibilités d’instruments imaginés par Jean-François Laporte et propulsés par des compresseurs à air.

La musique actuelle à l’honneur

La musique actuelle s’éclate cette semaine à Québec avec la présentation du premier rendez-vous Québec Musiques Parallèles.

Chapeauté par l’organisme Tour de bras, basé à Rimouski et qui se consacre à la création et à la diffusion «dans le domaine des musiques improvisées», le mini festival animera des scènes de la capitale du 9 au 17 septembre.

Le coup d’envoi sera donné ce lundi dès 20h, au Conservatoire de musique, alors que deux ensembles — le GGRIL (Grand groupe régional d’improvisation libérée) de Rimouski et l’EMIQ (Ensemble de musique improvisée de Québec) — croiseront le fer.

Le 13 septembre, le disquaire Knock-Out accueillera un programme double comprenant une prestation du Jil Lion Fejj Trio et un clin d’œil au Gala de l’ADISQ porté notamment par Jean-Étienne Collin-Marcoux (batterie), Luke Dawson (basse/contrebasse) et Sébastien Delorme (guitare électrique).

Accompagné de l’accordéoniste Robin Servant et du clarinettiste Philippe Lauzier, le percussionniste français Mathieu Bec se produira à la Maison pour la danse le 14 septembre à 20h. Leur spectacle sera suivi de Prélude féminin, un concert solo porté par l’artiste multidisciplinaire Magali Babin.

Entre musique et installations artistiques, Québec Musiques Parallèles prendra fin le 17 septembre à la Chapelle des Jésuites avec deux singulières propositions. Dans un premier temps, quatre musiciens présenteront le projet Utopies instrumentales, lors duquel ils ont été invités à explorer les possibilités de deux instruments imaginés par Jean-François Laporte et propulsés par des compresseurs à air. Ryoko Aakama et Anne-f Jacques seront ensuite à l’œuvre avec une installation sonore mettant à profit toutes sortes d’objets. Détails au tourdebras.com