Slipknot
Slipknot

La liste: les musiciens masqués avant la COVID-19

1. Slipknot

Ç’a commencé par un masque de clown enfilé sans véritable raison pendant une répétition. Un quart de siècle plus tard, les couvre-visages sont toujours une partie inhérente de la personnalité de Slipknot. Les métalleux ont raffiné l’art du gore au fil du temps, mais certains se montrent fidèles à leur personnage. Le clown du percussionniste Shawn Crahan demeure. Et le claviériste Craig Jones ne s’est pas encore lassé du look «tête d’oursin». Geneviève Bouchard

2. Daft Punk

Joueurs incontournables de la french touch sur la scène électro, Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo, alias Daft Punk, soignent leur image en dissimulant scrupuleusement leurs visages sous des casques dignes de voyages dans l’espace. Avec des succès planétaires comme One More Time ou Get Lucky, le duo français a certainement su traverser les frontières.  Geneviève Bouchard

3. deadmau5

Moins jaloux de son anonymat que ses confrères de Daft Punk, Joel Zimmerman, alias deadmau5, n’hésite pas à montrer publiquement son vrai visage. L’imposante et futuriste tête de souris qu’il porte en spectacle fait depuis longtemps partie de la signature du producteur de musique électronique canadien. Voilà un flamboyant hommage au rongeur mort qui lui a inspiré son nom d’artiste…  Geneviève Bouchard

4. Buckethead

Il a évolué pendant un temps au sein de Guns N’Roses ; il peut compter Iggy Pop, Les Claypool et l’acteur Viggo Mortensen parmi ses collaborateurs. Même auprès de grandes vedettes, le guitariste Brian «Buckethead» Carroll vole la vedette avec son masque blanc à la Michael Myers de la franchise Halloween et le baril de Poulet Frit Kentucky qu’il prend pour un chapeau haut de forme. Un musicien respecté… et un étrange personnage assumé.  Geneviève Bouchard

5. Leikeli47

Leikeli47 a créé une forte impression l’an passé au Festival d’été de Québec. La rappeuse masquée de Brook­lyn avait livré une prestation inspirée avec son hip-hop à caractère social qui prône l’égalité, mais aussi l’amitié. Un credo qui invite à aller au-delà des stéréotypes — d’où le masque. Un modèle positif de diversité qui change du traditionnel rap bling-bling aux textes machistes et égocentriques.  Éric Moreault