Le film «Pride»

La liste: 5 chansons de manifestations

1. Bread and Roses (Artistes divers)  Ce poème publié en 1911 par l’Américain James Oppenheim a traversé les frontières, souvent adapté et repris en musique par des associations syndicales ou citoyennes (la marche des femmes de 1995 s’est déployée sous la bannière Du pain et des roses). Revendiquant des salaires justes, mais aussi le droit au respect et à la dignité, la chanson a notamment été remise en valeur dans le très beau film de Matthew Warchus, Pride (2014), qui raconte la rencontre improbable (et ô combien inspirante!) entre des mineurs gallois en grève dans l’ère Thatcher et des militants londoniens pour les droits des homosexuels. Solidarité! Geneviève Bouchard

2. La manifestation (Les Cowboys Fringants) Sitôt le sujet «chansons de manif» évoqué, sitôt la chanson La manifestation des Cowboys Fringants, parue sur Break syndical en 2002, nous est venue en tête. Sur une musique bien rythmée, les paroles sont un habile agglomérat des clichés et des contradictions des manifestations altermondialistes, tout en portant tout de même l’espoir d’un monde meilleur. Un regard plein d’acuité et d’humour, où des manifestants ont dû se reconnaître. Josianne Desloges

3. Descendons dans la rue (Bérurier Noir) À qui la rue? À pas mal tout le monde, si l’on se fie à cet appel à la manif lancé par Béru en 1987 sur l’album Abracadaboum. Aux «chômeurs qui n’ont pas peur», aux «folles mal rasées», aux «poètes révoltés», aux «clowns déconnectés», aux «dissidents du ciel», à «Nicolas, Pimprenelle et même la mère Michel», l’invitation punk est sans équivoque : «Descendons dans la rue avant qu’tout n’soit perdu!» Geneviève Bouchard

4. La fanfare (Louis-Jean Cormier) «Qu’on nous casse les jambes, pour avoir envahi le boulevard…» Écrite à la suite des manifestations du Printemps érable, La fanfare, de Louis-Jean Cormier, dénonce à la fois les réactions parfois démesurées des forces de l’ordre que le besoin de se tenir debout, d’être lucide et de rêver. L’hymne est paru sur Les grandes artères trois ans plus tard, en 2015, comme un devoir de mémoire. Josianne Desloges

5. Motivés (Zebda) «Motivés, motivés, il faut rester motivés!» clame Zebda comme un mantra dans ce ver d’oreille adopté depuis plus d’une quinzaine d’années par militants et manifestants en tous genres. Reconnue pour son savant alliage entre airs festifs et propos engagés (pour la justice sociale et la laïcité, notamment), la bande toulousaine à l’accent chantant sert ici un joyeux coup de fouet aux troupes qui pourraient être tentées de ramollir leurs convictions ou leur implication. Geneviève Bouchard