CHANSON, Les éclats, Amylie

La douce émancipation d'Amylie ****

Le premier mot qui vient en tête à l'écoute de ce troisième album d'Amylie est contraste.
La voix souple et flûtée demeure, mais elle semble tout de même bien loin la chanteuse pimpante, friande d'arrangements fleuris, qui s'épanouissait sur Le royaume en 2012.
Ce nouvel effort ne souffre pas de la comparaison, loin de là. Il nous amène simplement ailleurs.
Amylie semble avoir vécu son lot d'épreuves ces derniers temps. Dans les textes qu'on devine très personnels et qu'elle livre de belle manière, on sent celle qui s'est oubliée (dans une relation toxique), qui a outrepassé ses limites, qui a frôlé le désastre... Mais qui s'est relevée grâce à ses proches (elle livre de très beaux hommages aux soeurs et à la grand-maman).
Sur un fond de guitare électrique, l'auteure-compositrice-interprète enrobe ce journal intime chansonnier (très mélodique de surcroît) de peu de choses, mais l'effet s'avère des plus réussi: à la fois doux et affirmé, sobre dans les arrangements et à fleur de peau dans l'interprétation.