KNLO a fait paraître il y a près de deux ans «Long jeu», dont les titres seront pour la première fois portés sur scène par un groupe de musiciens, jeudi, au Festival Jazz Etcetera.

KNLO en mode jazz à Lévis

Akena Okoko alias KenLo Craqnuques alias KNLO multiplie les appellations autant que les projets musicaux. En collectif avec Alaclair Ensemble, il a créé une nouvelle collection de pièces hip-hop qui sera lancée cet automne des deux côtés de l’Atlantique (un spectacle est prévu à l’Impérial le 23 novembre). En duo avec sa compagne Caro Dupont, il a proposé il y a trois semaines le projet plus instrumental Multifruits. Et en solo sous la bannière KNLO, le rappeur et compositeur a fait paraître il y a près de deux ans Long jeu, dont les titres seront pour la première fois portés sur scène par un groupe de musiciens, jeudi soir, au Festival Jazz Etcetera de Lévis.

Q Quel genre de préparation a nécessité le spectacle de Lévis?

R C’est quelque chose que je visualisais depuis longtemps. J’attendais la bonne occasion. La formule n’existait pas, ç’a vraiment été le prétexte. Ç’a s’est organisé assez longtemps à l’avance pour qu’on puisse travailler là-dessus pendant plusieurs mois. Mes shows de rap ne demandent plus vraiment de préparation, à moins que j’essaie de nouvelles chansons. Le rap, ça se pratique dans la van, dans la rue en marchant, quoi. Mais là, il fallait rassembler des musiciens qui sont vraiment occupés dans plein d’autres projets. Ça demande un peu plus de logistique.

Q Vous êtes-vous donné le défi que tout soit complètement joué, sans avoir recours à l’échantillonnage?

R Oui. Au début, la question s’est posée. On a rapidement vu que c’était possible. Alors on a continué de travailler dans ce sens-là. L’essence vient de la qualité de la gang de chums du band. Ça prenait des gens qui comprennent la vision d’emblée. Ç’a quand même été rapide, ce sont des musiciens aguerris dans le style que j’ai fait. Ils ont vraiment pris l’essence des chansons et des beats en essayant de reproduire le plus possible non seulement la composition, mais aussi la texture, qui est quand même importante dans ce qu’on fait.

Q Quelle a été la démarche qui a mené à la création des pièces instrumentales de Multifruits?

R C’est un peu le fruit de réflexions de jeunes trentenaires. Ma compagne et moi, on a toujours fait de la musique. Le défi initial était de faire l’album sans échantillons. C’était pas mal la première fois qu’on faisait ça. C’est une sorte d’hygiène musicale. On voulait avoir une texture qui relie des chansons de styles différents. Dans nos vies, il y a ce concept-là qui a émergé: de pouvoir au quotidien se rasseoir sur des trucs plus organiques. Il y a carrément un aspect de musicothérapie.

Q Avec Alaclair Ensemble, vous avez littéralement soulevé l’Impérial pendant le dernier Festival d’été. Comment avez-vous vécu ce spectacle?

R Des fois, ça peut être surprenant parce qu’il reste certaines zones de doute. On n’est pas le genre de groupe à protéger notre image. Si le téléphone sonne, on va aller jouer n’importe où. On peut faire une série de spectacles où ça ne se passe pas tant, quoi. Des petits ralentissements, ça se peut. Mais des shows comme ça, ça vient donner une bonne petite énergie pour quelques années. De voir tous ces gens arriver en mode hooligan! Je ne sais pas si c’était à cause de la Coupe du monde [de soccer], mais je n’avais jamais senti un niveau de fanatisme comme ça dans un show!

***

AU FESTIVAL JAZZ ETCETERA

• Jeudi 9 août

19h: Liana Bureau

20h30: The Brooks

22h20: KNLO

• Vendredi 10 août

18h30: Seb’s Music Shop!

20h: Mike Goudreau Blues Band

21h30: Steve Strongman

• Samedi 11 août

19h: Marie-Claire Linteau et Alex Blanchette (Les grands duos)

20h30: Addicted – Hommage à Amy Winehouse

22h30: Liquor Store

• Dimanche 12 août

13h: Ensemble Jazz l’Accroche Notes

14h15: De Si Belles

15h30: Com.On.Jazz

Détails et programmation complète au www.jazzlevis.com