Mr. Optimist Blues Jonathan Roy

Jonathan Roy: nouveau départ**1/2

Mine de rien, avec Mr. Optimist Blues, Jonathan Roy en est déjà à son quatrième album. Cette fois, l'ancien joueur de hockey a fait équipe avec Corey Hart, qui lui a signé plusieurs chansons, en plus de l'héberger sur son étiquette de disques, Siena. Roy opte pour une pop qui flirte autant avec la folk que le reggae ou même le r'n'b.
À l'aise derrière le micro, avec une voix puissante, juste ce qu'il faut d'éraillée, mais n'évitant pas les envolées maniérées (au point où ça devient parfois dérangeant, comme sur Good Things), Roy défend du matériel fait sur mesure pour les ondes radio. Les mélodies accrocheuses ne manquent pas, tout comme les traitements sonores au goût du jour. Roy confiait il y a peu au Soleil qu'il considérait cet album comme son premier. Il est vrai que Mr. Optimist Blues est supérieur à tout ce qu'il a fait jusqu'à maintenant, d'autant qu'on sent le chanteur à l'aise derrière le micro. Toutefois, l'offrande s'essouffle à mi-parcours et la pop générique préconisée ne permet pas tellement à Roy d'afficher une personnalité qui lui soit propre.