Mobilisé depuis longtemps dans la lutte contre la pauvreté mondiale, John Legend s'est révélé depuis deux ans comme l'un des artistes les plus engagés dans le mouvement Black Lives Matter, et a été un critique virulent du président désigné Donald Trump dont la campagne a été teintée de racisme.

John Legend entrelace amour et ténèbres dans son nouvel album

Le chanteur américain John Legend a obtenu ses lettres de noblesse comme troubadour des temps modernes, explorant les tréfonds des émotions amoureuses et exposant en plein jour les ténèbres alentours.
Dans son cinquième album publié vendredi, il s'aventure dans de nouveaux territoires musicaux en élargissant avec subtilité sa conception de la ballade, qui se trouve ainsi agrémentée d'un soupçon de funk et de rap.
Intitulé Darkness and Light (Obscurité et lumière), ce nouvel opus n'offre pas une vision manichéenne, mais plutôt un concept dans lequel les deux forces sont entrelacées : aucune chanson d'amour n'est exempte d'une dose de mélancolie.
Le premier extrait, Love Me Now, fait partie des titres les plus entraînants de cet album grâce à un rythme rock qui s'inscrit complètement à l'opposé du plus gros succès de John Legend, All of Me sorti en 2013.
Et pourtant, cette nouvelle chanson évoque la perte même si l'interprète appelle à célébrer les joies du moment. «Je ne sais pas qui va t'embrasser quand je serai parti/Donc je vais t'aimer maintenant comme si c'était tout ce que j'avais», chante-t-il.
Cet album pose un nouveau jalon dans la vie du chanteur de 37 ans. Prodige musical dont le talent lui a donné accès aux plus grandes universités pour étudier et dont la carrière s'est envolée, il a récemment eu un enfant avec la mannequin Chrissy Teigen.
Right By You est d'ailleurs dédiée à leur fille Luna. Ce morceau est accompagné au piano, avec du jazz en arrière-plan, et il y promet de s'occuper d'elle tout en se demandant ce que sera son avenir et celui du monde.
«Tu vois, l'amour contient un sens de désespoir», met-il en garde sa fille d'une voix mélodieuse. «Ferons-nous les choses correctement pour toi? Auras-tu ce dont tu as besoin pour que tes jours sur cette Terre ne soient pas si désespérés?».
Engagé en filigranes 
Le ton mélancolique de Legend sur Darkness and Light pourrait surprendre ceux qui le connaissent davantage pour ses positions politiques.
Mobilisé depuis longtemps dans la lutte contre la pauvreté mondiale, il s'est révélé depuis deux ans comme l'un des artistes les plus engagés dans le mouvement Black Lives Matter (La vie des Noirs compte) - contre les brutalités policières - et a été un critique virulent du président désigné Donald Trump dont la campagne a été teintée de racisme.
Mais son nouvel album est politique en filigranes. Élevé dans un milieu modeste à Springfield, Ohio, John Legend décrit dans Penthouse Floor une ville en difficultés qui finit par faire les gros titres des médias.
«Une fois que tu es au-dessus des lumières de la ville/Tu veux pas passer une autre nuit solitaire en bas», déclame-t-il dans ce titre qui inclut un long passage de Chance the Rapper.
Cette chanson a été coécrite par John Legend et Greg Kurstin, le producteur derrière le mégasuccès Hello de la chanteuse britannique Adele, et a aussi profité des talents de Sia et Beck.
La chanteuse des Alabama Shakes, Britanny Howard, a aussi collaboré à cet album en associant sa célèbre voix pleine de puissance à la voix de fausset du chanteur pour le titre éponyme de l'album.
Celui-ci ouvre sur une introspection avec I Know Better dans lequel, au son d'orgues religieux, il fait le voeu de ne jamais oublier d'où il vient.
«Legend est juste un nom», dit celui qui est né John Stephens. «J'ai assez de jugeote pour ne pas être si orgueilleux».