Pop, Pas pire content, de Jérôme Casabon

Jérôme Casabon: rigolo en solo ***

Quatre ans après la dissolution du groupe qui portait son nom de famille, Jérôme Casabon propose avec Pas pire content un premier album solo prouvant qu'il n'a pas perdu son sens de l'humour ni son envie de raconter des histoires.
Avec la collaboration de Mathieu Leclerc, qui cosigne plusieurs titres, et de Ben Shampouing, qui se charge de la réalisation en plus teinter l'album de sa guitare (entre autres choses), l'auteur-compositeur-interprète reprend pas trop loin d'où il avait laissé avec sa formation.
Dans une veine pop souriante qui emprunte souvent au country (ou au disco pour la pièce Même si), Jérôme Casabon joue la carte du chansonnier rigolo en brossant une série de tableaux imagés (les ancrages dans la capitale sont nombreux), mais qui ne se démarquent pas toujours par leur originalité: dans l'attitude ou la livraison, les liens de filiation avec Les Colocs ou Les Cowboys fringants (des débuts) sont parfois un peu trop appuyés.
Jérôme Casabon se produira à L'Anglicane le 21 avril en première partie du spectacle de Pierre-Hervé Goulet.