Morituri de Jean-Louis Murat

Jean-Louis Murat: «ceux qui vont mourir» ***

CRITIQUE / Avec un titre qui signifie «ceux qui vont mourir» et la mention «2015» inscrite en caractères rouges au livret, on pourrait croire que l'actualité (des attentats de Charlie Hebdo à ceux du 13 novembre) de la dernière année en France a inspiré Jean-Louis Murat.
Il n'en est pourtant rien, selon ce que le chanteur a révélé à la presse européenne, reconnaissant toutefois au Figaro qu'elles sont «de circonstances». S'il n'a pas la réputation d'être le plus jovialiste des artistes, Murat ne change pas ses habitudes, privilégiant une poésie impressionniste (les images animalières et la nature sont partout) où les constats sont parfois sombres. Si ce nouvel album s'ouvre sur une note plutôt rythmée avec l'extrait French lynx, l'auteur-compositeur-interprète ne tarde pas à ralentir la cadence.
Il se dégage une certaine sérénité dans le rendu (sa voix lancinante côtoie ici et là celle de la chanteuse Morgane Imbeaud) et dans les arrangements teintés de touches jazzées. Un album soigné, élégant, mais un peu linéaire.