Hubert Lenoir au FEQ

Hubert Lenoir finaliste pour le prix Polaris

Hubert Lenoir continue de faire des vagues avec son album «Darlène», paru en début d’année. L’auteur-compositeur-interprète de Beauport se retrouve parmi les 10 aspirants au prestigieux prix Polaris, remis chaque année au meilleur album canadien selon un panel de critiques.

Les Québécois Pierre Kwenders (pour l’album MAKANDA at the End of Space, the Beggining of Time) et Jean-Michel Blais (Dans ma main) figurent également sur la courte liste, complétée par Alvvays (Antisocialites), Daniel Caesar (Freudian), Jeremy Dutcher (Wolastoqiyik Lintuwakonawa), Partner (In Search of Lost Time), Snotty Nose Rez Kids (The Average Savage), U.S. Girls (In a Poem Unlimited) et Weaves (Wide Open).

Les débuts en solo d’Hubert Lenoir — qu’on a d’abord connu au micro de la formation The Seasons — ne sont pas passés inaperçus. Décrit par son auteur comme un «opéra post-moderne» sur le passage à l’âge adulte, l’album Darlène lui a valu le prix Félix-Leclerc le mois dernier aux Francos de Montréal et le prix Espoir-FEQ du Festival d’été de Québec. Il a d’ailleurs fait déborder place d’Youville lors de prestation aussi attendue que remarquée le 11 juillet dernier, en première partie de Klô Pelgag.

La présence de Darlène sur la courte liste du prix Polaris se démarque également à cause du fait qu’il est plutôt rare que des albums en français se taillent une place parmi les 10 finalistes à la prestigieuse récompense. Il faut remonter à 2011 pour trouver le dernier prétendant francophone (Tigre et diesel de Galaxie). L’année précédente, le prix avait été remis à Karkwa pour Les chemins de verre.

Arcade Fire, Loud, Lydia Képinski, Milk & Bone, Pierre Lapointe, Philippe Brach et The Barr Brothers figuraient sur la longue liste de 40 finalistes dévoilée le mois dernier, mais ne sont pas passés à la prochaine étape. Le prix Polaris sera remis le 17 septembre.