La tombe de Johnny Hallyday à Saint-Barthélemy, dans les Antilles françaises 'Nobody here wants to do business on Johnny Hallyday' insist the inhabitants of Saint-Barthelemy, where Hallyday was buried and where fans begin to go on a pilgrimage. / AFP PHOTO / Helene Valenzuela

Héritage Hallyday: Laeticia riposte et réfute toute manipulation

PARIS — Laeticia Hallyday, la veuve de Johnny Hallyday, a riposté jeudi dans la bataille l'opposant aux aînés du chanteur français, réfutant les insinuations de manipulation qui auraient conduit la star française à lui léguer l'ensemble de son patrimoine.

Dans un communiqué transmis jeudi soir à l'AFP, son avocat, Me Ardavan Amir-Aslani menace de poursuivre en diffamation ceux qui diront «que son défunt client ait pu être une personne manipulée», ciblant notamment ceux «qui n'étaient plus en relation» avec lui «depuis des années».

Et d'affirmer noir sur blanc : Johnny Hallyday a «pris toutes les décisions concernant sa succession avec toutes ses facultés mentales et son libre-arbitre».

C'est la deuxième fois que la veuve installée aux États-Unis s'exprime, par la voix de son avocat, depuis que le conflit à éclaté au grand jour après la révélation du testament du chanteur.

La chanteuse Sylvie Vartan, la première épouse de Johnny Halliday et mère de son fils David, a jugé impossible qu'il ait «renier son sang et son histoire» et déshérité «de son plein gré» ses deux premiers enfants.

«Le Johnny que j'ai aimé était généreux et sensible. Ce testament ne correspond en rien à l'homme dépeint aujourd'hui», a-t-elle déclaré au Figaro.

Près de trois mois après la mort de Johnny Hallyday, décédé le 6 décembre des suites d'un cancer, ses deux aînés, Laura Smet et David Hallyday, âgés de 34 et 51 ans, ont lancé des procédures pour faire annuler le testament de leur père, rédigé aux États-Unis au seul bénéfice de sa veuve.

Réagissant quelques heures après, Laeticia Hallyday avait fait part de son «écoeurement» avant de se faire discrète sur les réseaux sociaux.

David et Laura ont également intenté une action en référé pour obtenir un droit de regard sur l'album posthume de Johnny, ainsi que le gel de son patrimoine dans l'attente du règlement du litige sur l'héritage.

Une première audience a été fixée au 15 mars devant le tribunal de Nanterre.

Cette bataille, se déroulant sous l'oeil des médias, devrait durer des mois. En attendant, elle divise fans et proches du chanteur qui, pour certains, prennent partie.

Johnny Hallyday a «fait le nécessaire de son vivant pour mettre ses enfants majeurs à l'abri du besoin», via notamment des donations, a insisté l'avocat de Laeticia, réfutant l'idée qu'il ait «déshérité» ses aînés.

Soucieux de défendre sa cliente, «vilipendée et insultée», il s'inquiète également du sort de ses deux filles, Jade et Joy, respectivement âgées de 13 et 9 ans.

Les fillettes, adoptées au Cambodge, sont la cible d'«invectives et d'injures, notamment sur les réseaux sociaux». À tel point que Jean Reno, parrain de Jade, et David Hallyday s'en étaient publiquement émus. «Je ne peux comprendre et supporter ce déferlement envers mes deux petites soeurs», a écrit David Hallyday sur Instagram.

Préoccupé par la violence de ces attaques, l'avocat de Laeticia réfléchit à entamer des poursuites.

Le 9 décembre aux funérailles du rockeur, pour lesquelles des centaines de milliers de fans s'étaient rassemblés dans le froid, la famille Hallyday était apparue unie.

Le patrimoine de Johnny Hallyday représenterait plusieurs dizaines de millions d'euros: propriétés, voitures de luxe et droits issus d'au moins un millier de chansons.