JAZZ, 4 rue Durocher, Gilles Bernard Quartet

Gilles Bernard Quartet: verve et cohésion ***1/2

Le pianiste Gilles Bernard revient avec une nouvelle proposition, cette fois en quartette : 4 rue Durocher.
Celui qu'on a connu plus introspectif à une certaine époque apparaît ici plus émancipé que jamais derrière le clavier. Il y défend des titres jazz bien écrits et interprétés avec verve. Pour l'épauler, il a fait appel à son complice de longue date à la contrebasse, Pierre Côté, ainsi qu'au saxophoniste Thiago Ferté et au batteur Louis-Vincent Hamel. L'équipe affiche une indéniable cohésion, que ce soit sur des pièces plus cérébrales, comme L'énigme du 401 boulevard Charest Ouest, au thème syncopé, sensible, telle Marie, précédée d'une introduction solo du leader, ou même épique, comme cette nouvelle version de Reine des cimes. Les quatre musiciens font même un coup de chapeau au défunt pianiste blues de Québec, Woogie. Outre Bernard, il faut saluer le travail de Côté, qui sert plus d'un solo bien tourné et l'arrivée du sax ténor de Ferté, dont les couleurs collent parfaitement à l'univers de Gilles Bernard.  
Le vidéoclip de Agathe