CHANSON, Pourvu, Gauvain Sers

Gauvain Sers, une digne relève ***1/2

CRITIQUE / En France, d'aucuns ont déclaré le nouveau-venu Gauvain Sers fils spirituel de Renaud.
Considérant que ce dernier a pris le jeune auteur-compositeur-interprète sous son aile - et sur sa tournée, dont Sers assume la première partie - on voit vite le lien, qui ne se dément pas à l'écoute des chansons gravées sur Pourvu: une plume bien affûtée, un regard aiguisé sur les petites choses du quotidien et des chansons qui savent parfois montrer (un peu) les dents.
Plus poli que ce Mister Renard qui l'a visiblement inspiré, moins pince-sans-rire qu'un Bénabar dont il pourrait aussi se réclamer, Gauvain Sers peint d'une part sur ce premier album une série de tableaux qu'on sent personnels, tendres, teintés d'autodérision, mais qui sonnent parfois un peu adolescents.
Il sert d'autre part des textes lucides, sensibles et empreints de leur époque: la montée du Front national, la radicalisation et les attentats qui ont frappé Paris, qu'il évoque notamment en donnant la parole au Monument à la République dans la très jolie Mon rameau.