Un spectacle visuellement travaillé, une généreuse quantité de succès et un naturel désarmant… Shania Twain a mis la gomme pour ne pas décevoir les quelque 13 000 personnes réunies pour l’accueillir.

Festives retrouvailles pour Shania Twain

CRITIQUE / Elle n’était pas la première et elle ne sera certainement pas la dernière à nous annoncer une tournée d’adieu pour mieux revenir trois ans plus tard. Si bien qu’on ne l’a pas crue, Shania Twain, lorsqu’elle nous fait le coup en 2015. Voilà que l’Ontarienne est effectivement revenue sur sa parole de bien festive manière jeudi, dans un Centre Vidéotron plus qu’enthousiaste. Dans ces circonstances, difficile de lui en tenir rigueur.

Un spectacle visuellement travaillé, une généreuse quantité de succès et un naturel désarmant… Shania Twain a mis la gomme pour ne pas décevoir les quelque 13 000 personnes réunies pour l’accueillir. Et elle n’a pas tardé à le faire, commençant la soirée par un bain de foule qui l’a fait traverser l’amphithéâtre sur toute sa longueur. Comme disait l’autre: pas le temps de niaiser! S’exprimant en français en assumant ses maladresses, ponctuant ses interventions d’un rire franc, la vedette n’a jamais lâché son monde. 

Twain ne voyage pas léger avec ce nouveau tour de chant. Bien accompagnée d’un polyvalent groupe de musiciens, choristes et danseurs, elle évolue dans une structure où cinq cubes lumineux et mobiles varient les ambiances. Côté projections et fringues, l’effet kitsch est parfois substantiel (oui, le motif léopard a souvent été à l’honneur!), mais ça aussi, c’est assumé. Et personne n’était là jeudi pour bouder son plaisir. 

Cette attitude s’est aussi traduite dans le choix du répertoire, qui ne s’est pas aventuré trop souvent dans le très ordinaire album Now, paru l’automne dernier. La chanteuse ne prive pas ses fans de ce qu’ils veulent : Up! et You’re Still the One servies dans les hauteurs, From This Moment On et I’m Gonna Getcha Good! dans les lasers, Don’t Be Stupid en danse celtique, (If You’re Not in it For Love) I’m Outta Here! qui explose dans les serpentins, l’incontournable Man! I Feel Like a Woman presque en au revoir et Rock this Country dans les confettis. Voilà, tout était dit. 

En début de soirée, Bastian Baker a dû gagner des fans avec sa prestation certes courte, mais forte en personnalité. Le chanteur suisse s’est réjoui de pouvoir jouer ses chansons à deux pas du vieux Colisée où il a chaussé les patins pendant le tournoi Pee-Wee quand il était jeune. Fin seul avec sa guitare, il s’est avéré un redoutable chauffeur de foule.