Folk, Pure Comedy de Father John Misty

Father John Misty: la géniale déprime ****

L'ironie, le sarcasme et le cynisme ont régulièrement teinté l'oeuvre de Josh Tillman, alias Father John Misty, au point où l'Américain avait installé une certaine distance entre lui-même et ses sentiments profonds. Sur Pure Comedy, sans évacuer entièrement les sourires, Tillman se commet au risque d'apparaître morose ou même d'avoir le vin triste.
Chantant aussi bien que jamais, dans une facture musicale assez classique, s'appuyant tantôt sur un piano, tantôt sur une guitare, faisant parfois appel à des cordes ou même des cuivres, il partage sa vision du monde.
Pure Comedy peut d'ailleurs être vu comme un album-concept, que Tillman a doublé d'un essai. Il chante l'évolution humaine, traite de religion, du sens de la vie, de technologie, de la société divertissement, d'environnement ou, encore, de son art - notamment sur Leaving L.A., qui s'étend sur 13 minutes et où il imagine la réaction du public à sa longue offrande.
C'est dense, forcément sombre, mais aussi plein d'intelligence et de finesse. Et surtout, c'est interprété avec une grande franchise - en opposition aux fausses vérités qu'il dénonce. Un joyau dans la discographie de Tillman.