Éric Lapointe a dévoilé mercredi les grandes lignes de son spectacle du 9 juillet, sur les Plaines.

Éric Lapointe sur les Plaines pour le show d’une vie [VIDÉO]

En 25 ans de carrière, Éric Lapointe en a fait des shows, mais jamais n’a-t-il été aussi fébrile et nerveux à l’idée de monter sur la grande scène des Plaines, le 9 juillet. Comme le Festival d’été a pris l’habitude de le faire avec des artistes québécois depuis 2012, le rocker a reçu carte blanche pour choisir les artistes qui pousseront la note avec lui, dans ce qu’il qualifie le «show d’une vie et de mes rêves».

Prenant le concept au pied de la lettre, le principal intéressé a vu grand et déposé une liste impressionnante d’invités. Une vingtaine d’artistes, de tous styles et de toutes générations, ont répondu à l’invitation : Jean-Pierre Ferland, Marie-Mai, Garou, Lara Fabian, Louis-Jean Cormier, Michel Pagliaro, Safia Nolin, Kevin Parent, Mario Pelchat, Marjo, Steve Hill, les Soeurs Boulay, Martin Deschamps, ainsi que deux de ses protégés de La Voix, Travis Cormier et Colin Moore.

«J’en ai gardés dans mon gun. Il va y avoir de grosses surprises», mentionne le chanteur aux 14 Félix, qui en sera à sa dixième présence au Festival d’été.

En conférence de presse, mercredi, le rocker s’est dit «extrêmement flatté» que tant de collègues et amis du show-business aient accepté son offre. «Ça va donner une toute autre dimension à mes chansons. (…) Ça va être un show tissé serré. Ce sera un coup de poing après l’autre, un hit après l’autre. Il n’y aura pas de temps mort, je vous le garantis.»

Soirée émotive

La soirée sera aussi l’occasion de souligner ses 25 ans de carrière. Des vidéos signées Marcella Grimaud et des images d’archives seront projetées sur les écrans géants. Le cirque Éloize sera  même mis à contribution pour un segment du spectacle.

«C’est la première fois qu’un de mes shows sera autant appuyé par du visuel, des projections et de la pyrotechnie. (…). Ça va être une grosse soirée, très émotive. Je pense n’avoir jamais été aussi excité à l’approche d’un show.»

Le metteur en scène Stéphane Laporte n’a pas su refuser son offre de collaboration. «Tu ne dis pas non au Parrain, sinon tu sais que ça va aller mal...» a-t-il badiné, avant de vanter les talents de «rassembleur» de son ami. «Habituellement, il faut que tu donnes des trophées pour que tant de monde soit rassemblé pour une soirée.»

Pour le directeur de la programmation du FEQ, Louis Bellavance, cette carte blanche donnée au fougueux chanteur représente l’aboutissement d’un désir qu’il caressait depuis 2016, alors que Lapointe s’était retrouvé dans un parc de la Francophonie visiblement trop petit pour accueillir ses milliers de fans. «C’est le premier show que j’ai booké pour 2019. Ça va être un événement marquant, un immense show de la Saint-Jean-Baptiste.»

Hommage à Gerry Boulet

En lever de rideau de la soirée, Justin Boulet montera sur la scène des Plaines pour rendre hommage à l’oeuvre de son regretté père Gerry. Accompagné de huit musiciens, il revisitera plusieurs succès d’Offenbach et l’intégrale du mémorable album Rendez-vous doux, vendu à plus de 200 000 copies en 2008. Breen Leboeuf, Marjo, Rudy Caya (Vilains Pingouins), Jean-François Dubé (Noir Silence) et Polo (Les Frères à Ch’val) seront également de la partie.

C’est au groupe Les Respectables, accompagné d’Antoine Gratton, que reviendra la mission d’animer les célébrations post-spectacle, lors de L’After FEQ, au Manège militaire.

UN SPECTACLE EN GESTATION DEPUIS 2016

Éric Lapointe et le Festival d’été est une histoire d’amour qui se poursuit encore et toujours. C’est au Café Blues, sur la rue Saint-Jean, en 1994, le chanteur a réalisé pour la première fois sa popularité et de son impact. Une longue file d’attente s’était formée devant l’établissement, au point qu’il a fallu présenter deux spectacles par soir. «C’est là que tout a démarré. C’est la première fois que j’entendais une foule chanter mes chansons. C’est à ce moment que j’ai compris que ça pouvait devenir un métier pour moi. Ç’a été mon coup d’envoi dans le show-business.» Le 10 juillet 2016, Lapointe s’était retrouvé dans un parc de la Francophonie pris d’assaut par ses admirateurs. «On savait qu’on allait remplir. C’était vraiment un show 'underplay', trop gros pour le lieu», se souvient Louis Bellavance. Dès le lendemain, a commencé à parler d’un show sur les Plaines. Mais il fallait y aller la pédale au fond.»