BLUES ROCK, I Still Do, Eric Clapton

Eric Clapton fidèle à lui-même ***

Pour son 23e enregistrement studio, Eric Clapton renoue avec Glyn Johns, qui avait réalisé le fameux Slowhand, en 1977, de même qu'avec Sir Peter Blake, qui signe la pochette.
Ces retrouvailles avec des complices d'hier donnent le ton de I Still Do: Clapton n'a pas envie de réinventer la roue, or il prend toujours plaisir au travail bien fait.
C'est donc à un album sans surprise, mais non sans âme qu'il nous convie, carburant à quelques compositions et à maintes reprises, signées Bob Dylan (très belle I Dreamed I Saw St. Augustine, avec l'apport d'une contrebasse) ou de ses maîtres comme JJ Cale et Robert Johnson.
Une solide équipe d'instrumentistes lui donne la réplique et l'ensemble est servi par une excellente prise de son.
Parmi les bons coups, la grinçante Alabama Woman Blues, la mid-tempo Spiral ou encore I Will Be There, aux couleurs soul et reggae.
La présence, sur cette dernière, d'un mystérieux invité, Angelo Mysterioso, suspecté à tort d'être feu George Harrison ou son fils, risque d'être ce qui aura fait jaser le plus dans cet album sympathique, à défaut d'être mémorable.