Bernard Adamus n’a pas raté son retour à Québec, vendredi, dans le cadre d’Envol et Macadam, à l’occasion d’une soirée qui, jusque-là, avait souvent vu le «mosh-pit» se créer devant la scène.

Envol et Macadam: Adamus et les «punk-rockeux»

CRITIQUE / «Ma gang de punk-rockeux, ça va bien, un spectacle de banjo pis de clarinette?» a demandé Bernard Adamus en montant sur la scène d’Envol et Macadam, vendredi, à titre de tête d’affiche d’une soirée qui avait souvent vu le mosh-pit se créer devant la scène. Oui, Bernard, ç’a bien été!

Craignait-il que sa proposition détonne après les airs punk-rock entendus avant les siens? Adamus a en tout cas à quelques reprises souligné le contraste. Il a noté que «les organisateurs trouvaient que ça manquait de contrebasse». Il a prévenu «les punk-rockeux et les métalleux» qu’ils allaient maintenant entendre du country avant une livraison vitaminée de son succès fondateur Brun. Et il s’est excusé après avoir entonné la plus récente (et plus lente) Les étoiles du match: «J’avais le goût de faire chier les punk-rockeux et d’en jouer une vraie vedge», a-t-il lancé avant de se faire pardonner en mitraillant la plus sportive Donne-moi-z’en

D’une manière ou d’une autre, notre homme n’avait pas à s’inquiéter. Bien entouré d’un solide groupe de musiciens (nous avons eu droit à plusieurs solos bien sentis), il n’a pas raté son retour à Québec. Et ça faisait du bien de le voir en forme. Rappelons qu’il y a un peu plus d’un an, l’auteur-compositeur-interprète, «extrêmement fatigué et pas mal à bout» de son propre aveu, avait annulé une tournée pour prendre du repos. 

S’il a confié vendredi travailler sur un nouvel album qui paraîtra l’an prochain, Bernard Adamus s’est concentré sur les titres des trois déjà connus, offrant au passage un clin d’œil à Jean Leloup, «un quinquagénaire exemplaire», selon lui, et à Keith Kouna, qui l’avait précédé sur les planches. Entre l’intense Fulton Road, la réjouissante Hola les lolos (propice, semble-t-il, au crowd surfing) et l’incontournable La question à 100 piasses, ça s’est terminé avec un mosh-pit au parterre au son des Pros du rouleau. Adamus les a eus, ses «punk-rockeux»!

Les Goules et cie

Juste avant, Les Goules ont renoué avec le public de la capitale après s’être montrées discrètes dans ces derniers temps. «On a tellement fait de cash l’an dernier, on a passé l’année à gérer notre portefeuille boursier», a justifié un Keith Kouna semblant en grande forme, au début d’une prestation de 45 minutes bien tassées. 

Fidèle à sa réputation, le groupe à l’univers musical aussi pesant que déjanté s’en est donné à cœur joie en mordant dans les incontournables de son répertoire: Taupe, Piranhas, Crabe et autres Coat de cuir. Sans oublier sa «chanson d’amour et de révolution», Pendaison, dont le propos se résume à une phrase: «on va te pendre mon gros tabar...»

Les traditionnels solos de fin de spectacle ont notamment donné lieu à un swing de batteur-golfeur, à un hommage plus ou moins élégant à Jethro Tull… et à la désormais célèbre prestation génitale sur clavier. L’effet a certes été moins saisissant que celle retransmise sur les écrans géants de la scène des plaines d’Abraham au Festival d’été il y a deux ans. Mais bon, à chacun ses classiques!

No fun at all

Un peu plus tôt, la formation No Fun at All a offert une parenthèse suédoise dans une soirée autrement toute québécoise, alors que les groupes Damn the Luck, Les Trimpes et Grimskunk figuraient au programme d’Envol et Macadam. Le festival se poursuit ce samedi dans divers lieux du centre-ville. Les spectacles reprennent dès 14h15 sur la scène principale de l’Îlot Fleurie, qui accueillera en soirée les têtes d’affiche August Burns Red et Parkway Drive. Détails et programmation complète au envoletmacadam.com.